Agnès Varda
Atout coeur

audio 06 févr. 1986 363 vues 21min 49s
Francis COLNOT s'entretient avec Agnès VARDA, chez elle, rue DAGUERRE. Elle parle de ses films et surtout de "Sans toit ni loi" qui rencontre le succès, et de la manière dont elle fait du cinéma : - A 0'50 : "être cinéaste, c'est faire des films. Donc ce qui compte le plus, ce sont mes films" ; le succès du film "Sans toit ni loi" ; elle s'interroge sur ce qui attire dans ce film et dans "Cléo de 5 à 7" ; son surnom "la grand mère de la Nouvelle Vague" ; ce qui la lie aux marginaux et aux plus démunis ; son indépendance ; rébellion, liberté et idéologie. - A 7'20 : le personnage de Mona interprété par Sandrine BONNAIRE ; le froid et la saleté qu'on voit dans son film ; elle ne se sent pas journaliste, mais ça ne l'empêche pas de faire des enquêtes ; la poésie ; l'image et la perception par les autres de celle ci. - A 12'50 : ses étiquettes (féministe, intellectuelle, austère, indépendante) ; le financement de ses films ; "je ne veux pas vivre avec des chiffres à la main, je ne veux pas considérer qu'un film est bon parce qu'il a fait tant d'entrées en France" ; l'envie de toucher les gens ; le côté rebelle de Mona qui rassure. - A 20'56 : conclusion de l'entretien.

Émission

Atout coeur

Générique

participant

Agnès Varda

présentateur

Francis Colnot

Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.