Jean Starobinski
Les hommes livres

video 01 janv. 1997 99 vues 55min 29s
Rencontre avec Jean STAROBINSKI dans son appartement genevois. Né en Suisse en 1920, Jean STAROBINSKI a d'abord fait des études de médecine, il poursuit une oeuvre d'essayiste, de critique, d'historien de l'art et des idées. A côté d'innombrables articles et études, il est l'auteur d'une quinzaine de livres voués pour l'essentiel à interpréter ROUSSEAU, MONTESQUIEU, DIDEROT et le siècle des lumières, mais aussi MONTAIGNE ou la peinture classique. En revenant sur sa trajectoire, Jean STAROBINSKI livre une récapitulation provisoire des éléments importants de son passé et de son oeuvre.L'entretien, ponctué par des lectures d'extraits de livres, est illustré par des banc-titres d'ouvrages, de manuscrits, de tableaux et de documents iconographiques.Liste des grands thèmes abordés : - La résurrection des textes anciensPour Jean STAROBINSKI la tâche des enseignants est de maintenir présente l'oeuvre des anciens car "une oeuvre n'existe qu'à travers l'actualisation qu'en réalise la lecture". Il précise que son ambition d'essayiste est de se faire oublier tout en faisant progresser une connaissance, une intimité acquise avec les auteurs étudiés.- "La relation critique"Jean STAROBINSKI évoque la perception auditive de Ferdinand de SAUSSURE des textes de l'antiquité classique dans lesquels il a décelé des anagrammes. Il condamne à la fois l'impassibilité critique et la passion critique et prône "une politesse", "une écoute".- Les maîtresA propos de Jean -Jacques ROUSSEAU, Jean STAROBINSKI parle de la "phénoménologie de la mélancolie". Il développe son approche médicale, inspirée de FREUD, de ROUSSEAU, objet de sa sympathie au même titre qu'un patient. Plus loin dans l'entretien, il souligne la qualité musicale de la phrase de ROUSSEAU. Il dit son admiration pour la rigueur inégalable de MONTAIGNE- L'écritureJean STAROBINSKI explique sa décision d'écrire, revient sur ses premières oeuvres, sa traduction de KAFKA, et sur sa collaboration à la petite revue "Lettres" autour de Pierre Jean JOUVE. Il évoque ses moments d'inspiration, la nécessité de l'invention, ses insatisfactions quand le "tempo" est discordant, précipité- La Suisse : Jean STAROBINSKI évoque son amour des paysages suisses.- L'art : Jean STAROBINSKI rend hommage à BALTHUS, et à GIACOMETTI qui aimait parler de ses expériences dimensionnelles. Il parle de son rapport avec la peinture dont il n'a pas la compréhension soudaine et fulgurante. Il parle de son étude du tableau du moulin de Van RUYSDAEL lié pour lui à la question de PROUST sur la beauté du monde qui ne parle pas. Il commente ses écrits sur l'art.- Albert SKIRA : Sa collection de livres d'art : "Art Idées histoire" et la collection "Les sentiers de la création" dirigée par Gaétan PICON.- Sa femme Jacqueline : Sa rencontre alors qu'ils sont étudiants en médecine, la spécialité d'ophtalmologue de son épouse. Jean STAROBINSKI remarque que tous deux ont des approches complémentaires du regard : l'une poétique et l'autre scientifique.- L'état naissant : Jean STAROBINSKI analyse l'entretien qui est entrain d'être filmé et conclut "Vos questions ont un futur".

Émission

Les hommes livres

Production

producteur ou co-producteur

Institut national de l'audiovisuel, Musée du Louvre

Générique

réalisateur

Thierry Thomas

participant

Jean Starobinski

présentateur

Jean Claude Bonnet

Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.