Ecosse : le mystère de la chambre bleue
Faut pas rêver

video 10 nov. 1991 106 vues 10min 10s
L'histoire se déroule en Ecosse, dans un château situé au bord du Loch Ness et elle est racontée par le baron Charles Stuart, le châtelain. Le château est hanté et tout particulièrement la chambre bleue dans laquelle personne n'a osé dormir depuis 300 ans : le baron Stuart de l'époque avait demandé à Angus, le plus courageux d'y dormir. A minuit, Angus s'est jeté par la fenêtre. A-t-il été poussé ? Au cimetière, Charles Stuart ne veut pas montrer la tombe d'Angus, car il craint que celui-ci ne vienne le hanter. Charles Stuart emprunte des escaliers dérobés pour se rendre dans les différentes salles du château. D'après lui, 4 fantômes le hantent. De temps en temps un fantôme aux pieds fourchus apparait dans la salle de billard. Un jour, Charles Stuart s'est senti agripper par une main d'une force incroyable qui l'a tiré en arrière alors qu'il voulait sortir du château. Maintenant, il vit au milieu de ses amis les fantômes. Peut-être est-il lui-même un fantôme. Le reportage cherche à créer une atmosphère inquiétante en se déroulant de nuit, sous un orage. On visite le château en compagnie du baron Stuart qui parle des fantômes.

Émission

Faut pas rêver

Production

producteur ou co-producteur

France Régions 3

Générique

réalisateur

Patty Villiers

Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.