Alberto Giacometti, un homme parmi les hommes
Les heures chaudes de Montparnasse

video 05 oct. 1980 8554 vues 56min 43s
En pré-générique, Jean Marie DROT explique dans quel esprit il a réalisé cette émission. L'émission démarre sur le générique, peinture à l'huile de GIACOMETTI, et logo de la Closerie des Lilas, avec en off la voix d'Alberto GIACOMETTI. Puis interview en noir et blanc de 1963 du sculpteur dans son atelier au 46, rue Hippolyte-Maindron à Paris, insérée dans un reportage en couleurs de 1978 à la Fondation MAEGHT à Saint Paul de Vence, de l'exposition consacrée au sculpteur. Mise en perpective des propos de 1963 sur les images des oeuvres en 1978 tout au long de l'émission. Longue séquence sur les sculptures dans le parc de la fondation puis dans les salles de l'exposition. Citations en image de Jean GENET puis d'Alberto GIACOMETTI. Rencontres de Jean Marie DROT en 1963 avec quelques jeunes artistes de Montparnasse : Riva BOREN, Shirley GOLDFARB et le graffiste Jacques DARCHE qui évoquent le sculpteur. La rue Hippolyte-Maindron et l'atelier à l'extérieur filmés en 1979. Retour sur l'atelier en 1963, Alberto GIACOMETTI répond aux questions tout en travaillant sur une ébauche en terre d'une sculpture. Il explique que la sculpture étant le domaine qui lui échappait complètement il était nécessaire pour lui de faire de la sculpture afin de s'en débarrasser, sans jamais y parvenir puisque ses oeuvres ne correspondent pas à ses désirs. Brève évocation de la sculpture grecque classique et de la sculpture africaine par quelques images d'une tête classique, et de têtes africaines. Nombreux dessins alors qu'Alberto GIACOMETTI dit la nécessité de retrouver la structure du crâne pour dessiner un portrait. "Chacun devient tout le monde, tout en restant particulier". Il raconte son arrivée à Montparnasse, ses rencontres avec les surréalistes (MASSON, BATAILLE, LEIRIS, QUENEAU) vers 1928-1930, sa première rupture au moment du départ d'ARAGON du mouvement surréaliste. Il parle de son intérêt pour la figure humaine, il veut savoir comment se tient la tête dans l'espace. L'impressionnisme, Les arts primitifs, la photographie, le cinéma ont entraîné la dévalorisation du sujet dans la peinture. Il est revenu à la peinture quand il n'a plus cru à la vision photographique. Il explique son rapport à l'idée de la mort, sa peur du noir et son besoin de lumière. Pour lui, le spectateur ne voit jamais ce que lui a vu, et donc il y a un continuel malentendu. Extrait de l'interview d'Alberto GIACOMETTI à Zurich dans une salle de l'exposition qui lui est consacrée en 1963. Pour lui, son travail n'est jamais qu'une série d'esquisses qui lui donne l'impression d'avancer dans sa compréhension de ce qu'il cherche. Son oeuvre n'est qu'un tâtonnement autour de ce que pourrait être la sculpture.

Émission

Les heures chaudes de Montparnasse

Production

producteur ou co-producteur

Institut national de l'audiovisuel, Antenne 2

Générique

réalisateur

Jean Marie Drot

producteur

Jean Marie Drot

participant

Alberto Giacometti
Riva Boren
Shirley Goldfarb
Jacques Darche

présentateur

Jean Marie Drot

Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.