Un voyage en Espagne : il pleut sur Santiago mon amour
Lettres d'un bout du monde

video 06 déc. 1977 310 vues 56min 21s
Troisième partie de ce documentaire sur l'Espagne. Jean Emile JEANNESSON se trouve en Galice, à Finisterra, port de pêche, pour rencontrer pêcheurs, veuves de marin, paysans, ramasseuses de coques, il décrit cette contrée du Nord ouest de l'Espagne comme une région archaïque et misérable. Il rencontre aussi un professeur de mathématiques qui a fait le choix d'enseigner en Galicien. Il évoque la situation économique de cette région d'Espagne avec José Manuel VEIRAS, économiste, qui dénonce une exploitation des ressources de Galice qui profite aux autres régions d'Espagne. La région est polluée, exploitée et dépeuplée. A Paris, il rencontre une galicienne, femme seule, gardienne d'immeuble émigrée pour gagner sa vie, elle rend visite à sa mère à l'hospice une fois par an et fait son retour au pays, à la terre. A Santiago de Compostela il s'entretient avec un couple d'étudiants militant politique, ils vivent ensemble sans être mariés

Émission

Lettres d'un bout du monde

Production

producteur ou co-producteur

Télévision Française 1

Générique

réalisateur

Jean Emile Jeannesson

assistant de réalisation

Gérard Sanas

bruiteur

Betty Willemetz

directeur de la photo

Bernard Laug

opérateur de prise de vue

Pierre Valet

ingénieur du son

Pierre Watine

Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.