Maria Callas à l'Opéra de Paris
Edition spéciale des actualités télévisées

video 21 mai 1964 22254 vues 09min 48s
Edition spéciale consacrée à Maria CALLAS qui vint pour huit représentations sur la scène du Palais GARNIER de la "Norma" de BELLINI, dirigée par Georges PRETRE et mise en scène par Franco ZEFFIRELLI.L'équipe de télévision a assisté à la dernière répétition sur la scène du Palais GARNIER.Le sujet est composé d'images factuelles (dont un extrait de la répétition en costumes avec Maria CALLAS) et d'interviews.Georges AURIC, administrateur de la Réunion des théâtres lyriques nationaux, parle de La CALLAS qui vient pour la première fois en tant qu'artiste de l'Opéra de Paris.Franco ZEFFIRELLI, metteur en scène, donne son interprétation de La "Norma".Emmanuel BONDEVILLE, directeur de l'Opéra de Paris, s'exprime sur la perfection dans l'art de Maria CALLAS. Georges PRETRE, chef d'orchestre, parle de l'interprétation de La "Norma" par Maria CALLAS et de la partition de BELLINI.

Émission

Edition spéciale des actualités télévisées

Production

producteur ou co-producteur

RADIODIFFUSION TELEVISION FRANCAISE

Générique

auteur de l'oeuvre pré-existante

Vincenzo Bellini

journaliste

François Barnole

interprète

Maria Callas

participant

Georges Auric
Georges Prêtre
Franco Zeffirelli
Emmanuel Bondeville

Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.