Entretien avec François Mitterrand

video 14 juil. 1994 10046 vues 01h 00min 07s
Interview du président de la république en ce 14 juillet 1994, dernier de "l'ère Mitterrand". les thèmes abordés par les journalistes Alain DUHAMEL et Patrick POIVRE D'ARVOR concernent : la présence de l'Eurocorps sur les Champs élysées, la situation en Bosnie, au Rwanda, l'Europe, la cohabitation politique avec la droite (gouvernement Balladur), les lois Pasqua sur la restriction du droit de manifester, les prochaines élections presidentielles, l'Algérie, l'affaire du Crédit lyonnais, l'emploi et le choix du président pour son successeur. - A propos de l'Eurocorps le président se dit "heureux qu'on ait pu choisir entre le passé et le futur en faveur de l'avenir" et quant au réticences de Charles PASQUA "il pense au passé et moi à l'avenir". - En ce qui concerne la Bosnie le président se réjouit du fait que pour la première fois "les Etats Unis, la Russie et l'Union européenne se soient mis d'accord sur un plan pour la paix, les différents partenaires quise font la guerre doivent y réfléchir". - Pour le Rwanda le président rappelle quelques faits : "c'est en 1975 que le gouvernement français a signé avec le président du Rwanda un traité d'assistance militaire, c'est ce traité là qui a continué à s'appliquer mais la France n'était plus partie prenante depuis 1993 c'est à dire avant le génocide ". - Quant à la situation en Algérie MITTERRAND déclare que la France fait beaucoup pour ce pays en essayant de l'aider économiquement pour lui éviter les dérives islamistes. - Suivent ensuite les incontournables questions sur la cohabitation. A propos d'Edouard BALLADUR, le président affirme que" le premier ministre remplit son rôle de chef d'une majorité qui n'est pas la mienne et Il y a bien des décisions prises par son gouvernement qui ne me plaisent pas". Il rappelle par exemple que le droit de manifester est un droit constitutionnel et que la loi PASQUA autorisant la fouille de véhicules a 10 kms des manifestations est une atteinte à ce droit. - Suivent ensuite des éloges de personnalités de l'opposition comme Edouard BALLADUR, Jacques CHIRAC et Raymond BARRE qui ferait un excellent président. - A propos du Crédit Lyonnais le chef de l'état affirme "qu'il ne faut pas en conclure que cette banque est en situation catastrophique. Le gouvernement socialiste de Pierre BEREGOVOY n'est pas à mettre particulièrement en cause." - Sur la crise économique, le Président constate une reprise très nette de l'activité, mais cette reprise ne réussira jamais a supprimer le chômage. "Il faut inventer autre chose". - Il évoque ensuite avec beaucoup d'amitié ses relations avec Jacuqes DELORS qui pourrait lui succéder et affirme qu'il ne se représentera pas aux prochaines élections présidentielles. "Il est bon de changer de personnes. Songez que les enfants de 15 a 20 ans n'ont jamais vu que moi".

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

réalisateur

Jean Pierre Janiaud

journaliste

Patrick Poivre d'Arvor
Alain Duhamel

participant

François Mitterrand

Bernard Kouchner

Bernard Kouchner

18/12/94

1488 vues

JEAN FRANCOIS DENIAU

JEAN FRANCOIS DENIAU

10/04/94

1642 vues

Edouard Balladur

Edouard Balladur

14/02/94

7337 vues

Dominique Voynet

Dominique Voynet

03/01/93

401 vues

Edouard Balladur

Edouard Balladur

06/01/88

1772 vues

Charles Pasqua

Charles Pasqua

09/03/88

4055 vues

Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.