2019

Chabrol, l'anticonformiste

video 17 févr. 2019 1576 vues 56min 54s
Figure de la Nouvelle Vague, cinéaste populaire, pourfendeur amusé des travers de la bourgeoisie et observateur curieux des passions humaines, Claude Chabrol (1930‑2010) laisse derrière lui une abondante et inclassable filmographie, du Beau Serge à La cérémonie en passant par Violette Nozière. Au-delà du cinéma, son nom a donné un adjectif, « chabrolien», désignant un ton, un style et un monde. Un mystère tout de même : comment a-t-il réussi à faire 58 films en 50 ans ? Voici le portrait d’un homme heureux, d’un cinéaste truculent et libre penseur dessiné par lui-même, par ses films, sa tribu, ses acteurs fétiches, réalisé par sa fille adoptive Cécile qui fut aussi sa collaboratrice pendant de nombreuses années.

Production

producteur ou co-producteur

Arte France, Plan B et Compagnie, Institut national de l'audiovisuel

Générique

réalisateur

Cécile Maistre

musique originale

Pablo Pico

producteur

Anne Gènevaux
Pascal Lahmani

participant

Isabelle Huppert
Jacques Santamaria
François Cluzet
François Guerif
Marin Karmitz
Benoît Delépine
Pascal Merigeau
Monique Pinçon Charlot
Jean François Rauger
Arnaud Le Guern
Alain Wermus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.