Wernher von Braun, des nazis à la Nasa...

« Un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l’humanité ». Le 21 juillet 1969, les Américains posent le pied sur la Lune. Un exploit rendu possible par un considérable effort financier du gouvernement américain, et par le concours des meilleurs ingénieurs, dont de nombreux étrangers. L’un de ces étrangers, « père » de la fusée Saturne V, s’appelait Wernher von Braun. Il venait d’Allemagne, et avait servi son pays sous le régime nazi, en développant les fusées V1 et V2…

Lorsque la NASA est créée le 29 juillet 1958 comme agence gouvernementale pour fédérer les efforts en matière de recherche spatiale, Wernher von Braun, naturalisé en 1955, est présent sur le sol américain depuis 1945. Cet ingénieur allemand, l’un des plus brillants de sa génération, s’était rendu aux Américains en Bavière, quelques jours avant la fin de la guerre. S'échappant des gardes SS qui le retenaient prisonnier alors qu'il avait compris la défaite inéluctable de son pays, il avait choisi les Etats-Unis par opportunisme, emmenant avec lui ses collaborateurs, et ses précieux plans afin de poursuivre sa carrière.

Le concepteur des fusées du IIIe Reich, assemblées en camp de concentration

Une carrière entièrement dévouée aux fusées, commencée dès les années 1920, et propulsée par l’arrivée au pouvoir des Nazis en 1933. Hitler et l’armée financeront ses recherches militaires. Avec pour résultat les funestes programmes V1 et V2, ces fusées tirées à la fin de la guerre sur l’Angleterre et les Pays-Bas. Assemblées à Peenemünde puis dans les tunnels du camp de concentration de Dora, dans le centre de l’Allemagne, elles feront des milliers de victimes parmi les ouvriers du camp – plus que parmi les civils anglais ou hollandais pris pour cibles. Quel fut le rôle de von Braun dans l’exploitation de ces hommes ? S'il s'est toujours défendu d'avoir collaboré avec les nazis par idéologie, de nombreux témoignages ont fait part de sa sévérité vis-à-vis de ses prisonniers, illustrant le caractère d'un homme prêt à tout pour assouvir sa soif dans le progrès technologique de ses inventions.

En 1973, un numéro des Dossiers de l’écran révélait ainsi toute l’horreur de sa supervision dans le camp de Dora. Un ancien prisonnier, François Lelionnais, confirmait la présence de von Braun « à des pendaisons collectives », ce dernier allant même jusqu’à « désigner certaines pendaisons », ou à « assister à des tortures », en punition des sabotages, fréquents dans les chaînes d’assemblage. 

On pourrait alors imaginer aisément le courroux des Américains à son égard. Bien au contraire, alors que se dessine déjà la future confrontation avec l'Union soviétique, l'opération Paperclip a pour but de recruter le plus grand nombre de savants allemands, de les installer aux Etats-Unis, et de leur donner les clés de laboratoires afin de continuer leurs travaux scientifiques pour le compte de l'Amérique.

Au service de l’armée américaine

C'est ce que va faire Wernher von Braun. En 1950, il est appelé à reprendre du service à la tête du Redstone Arsenal. Il y met au point le premier missile balistique guidé américain, le Redstone, inspiré de sa V2 allemande, et les fameux missiles Pershing et Jupiter. Cinq années plus tard, bien que gardant son légendaire accent germanique, il devient citoyen américain.

A la conquête de l’espace…

Lorsque la NASA est créée en 1958, von Braun et ses ingénieurs allemands sont affectés à cette nouvelle agence gouvernementale et les recherches s'intensifient. Désormais, passé du militaire au civil, il se consacrera à la réalisation de fusées pacifiques. La décennie s'ouvre sur un exploit du pilote Alan Shepard : le 5 mai 1961, ce dernier devient le premier Américain envoyé dans l'espace, en effectuant un vol de 15 minutes dans une capsule lancée par une fusée Mercury-Redstone... elle aussi conçue par l'incontournable von Braun.

Source : Wikipedia. Crédit : domaine public. Wernher von Braun, directeur du centre de vol spatial de la Nasa, mai 1964

La course à l’espace prend une nouvelle dimension lorsque le 25 mai 1961, le Président Kennedy prononce un discours qui annonce le lancement du programme Apollo avec pour mission d’envoyer un homme sur la Lune avant la fin des années 1960. 

C'est naturellement à von Braun, nommé directeur du centre spatial Marshall en Alabama, l'un des centres névralgiques de la NASA, qu'est confiée cette délicate mission de concevoir une fusée pour atteindre les objectifs présidentiels. 

La fusée Saturne V, pièce essentielle du programme Apollo 

Wernher von Braun s'attelle dès lors à ce travail qui le passionne et le motive depuis son enfance. Dans le cadre du programme Apollo, il travaille sans relâche et met au point plusieurs fusées, les Saturn, qui aboutissent en 1967 au modèle définitif, celui qui permettra de conquérir la Lune : la Saturne V

Cette fusée est la plus imposante jamais construite à ce jour. Mesurant 111 mètres de haut, avec une masse au décollage de 3000 tonnes, sa silhouette appartient à la mythologie américaine. Le 16 juillet 1969, les trois astronautes du programme Apollo 11 s'élancent à bord de la fusée Saturn V. Cinq jours plus tard, Neil Armstrong et Buzz Aldrin marchent sur la Lune.

Ce sera la consécration de la carrière de von Braun, qui, en désaccord avec la stratégie future de la NASA, quittera l'agence en 1972. Il rêvait de pousser l'exploration spatiale encore plus loin, pour entreprendre la conquête de Mars. 

Cyrille Beyer

Rédaction Ina le 27/07/2018 à 19:47.
Dernière mise à jour le 24/07/2019 à 14:25.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.