Ta langue en dit long, épisode 7 : du cheval à la braguette

Quelles sont les langues qui ont influencé le français ? Ta langue en dit long, une coproduction TV5 Monde et Ina, vous raconte l'histoire des mots. Dans cet épisode, nous nous intéressons à l'univers équestre qui a façonné notre langue, avec des mots d'origine romaine, celte, hongroise, turque...

Si vous montez à cheval et que vous êtes un peu chic, vous direz sans hésiter : « je pratique l’équitation ». Mais sûrement pas : « je fais du ch’val ». Et pourquoi cela ? A cause de Jules César ! Voici deux mille ans en effet, le vainqueur d’Alésia dressa un portrait peu flatteur des Gaulois : courageux, certes, mais braillards et peu civilisés.

Colonisés par les Romains, les Gaulois durent adopter leurs lois et leur langue. Or le mot cheval vient du gaulois caballos. Les Latins, eux, ont le mot equus, d’où l’équitation. Au départ, les deux désignaient le même animal. Mais après la conquête, équus prit le sens de fier destrier, alors que caballos prit celui de cheval de trait, haridelle ou même baudet. Pour les Romains, c’était une manière de snober les Gaulois.

Incontournables, le cheval et son univers ont enrichi la langue française. On citera étalon… Etalon, du francique stall qui désignait l’écurie. Mais aussi bronco, sauvage en espagnol ; ou trotteur, mot emprunté au vieil allemand troton qui signifie… « presser les raisins », c’est-à-dire piétiner !

Plus exotique, il y a hongre, désignant un cheval castré. Ce mot vient de Onogurs, un ancien peuple de cavaliers nomades qui donna également son nom aux Hongrois, les habitants de la Hongrie.

Il y a aussi cravache, emprunté au polonais farabacz, lui-même inspiré du turc kirbaç qui désigne un fouet en cuir.

Et puis poney. Voici mille ans, on appelait un jeune cheval un pouleney. Introduit en Grande-Bretagne par Guillaume le Conquérant, ce mot fut adopté par les Ecossais qui le transformèrent en poney. Pendant ce temps, en France, pouleney donna poulain.

Revenons aux malheureux Gaulois. Privés de leur culture par l’envahisseur, ils oublièrent leur langue. Aujourd’hui, les mots gaulois qui ont survécu sont souvent des toponymes, des noms de lieux. Ici, un village appelé Bué, « les habitants » en gaulois. Ailleurs, une capitale baptisée Paris, du nom de la tribu des Parisii. L’Alsace, Elsass en Allemand, porte elle-même un nom d’origine celtique, alisa, la falaise.

Du Gaulois, restent également des mots relatifs au labeur des campagnes : le mouton, la charrette, la cervoise (c’est-à-dire la bière), les braies (l’ancêtre du pantalon) et même la braguette.

Alors je récapitule. C’est grâce aux Gaulois que nous portons une braguette et visitons Paris. Et c’est grâce aux Ecossais que nous montons des poneys. Mais si le cheval est moins chic que l’équitation… c’est à cause des Romains.

Décidément, ta langue en dit long !

Rédaction Ina le 22/07/2020 à 12:23.
Dernière mise à jour le 22/07/2020 à 12:24.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.