Ta langue en dit long, épisode 6 : de la banque au vasistas

Quelles sont les langues qui ont influencé le français ? Ta langue en dit long, une coproduction TV5 Monde et Ina, vous raconte l'histoire des mots. Dans cet épisode, nous nous intéressons aux origines italiennes de mots courants de notre quotidien.

« La banque, à l’origine, c‘est bien peu de chose : un peu d’usure, un peu de change et, surtout, un siège où traiter l’affaire. L’ancêtre du mot banque est donc banca, qui désigne un banc disposé sur le trottoir. C’est un mot italien, car la banque elle-même a été inventée en Italie.

Au XIIe siècle, à Venise, Gènes ou Florence, la banque prend du coffre : le mot désigne désormais l’officine du prêteur, cette fois-ci bien fermée et protégée. Elle est toujours symbolisée par un banc. En cas de faillite, on le brise en deux : c’est la banqueroute, en italien banca rotta, banc rompu.

Avec la Renaissance, la banque s’exporte à Lyon, en Flandres et dans toute l’Europe. Son patron s’appelle un banquier, de l’italien banchiero - littéralement le chef du banc. C’est un homme riche. Riche, du francique riki, « puissant », un mot germanique de la même famille que rex en latin, reich en allemand, roi en français. Chef du banc, le banquier peut se prendre pour un chef d’Etat. La banquière, elle, n’a pas cette chance : ce mot a d’abord le sens d’entremetteuse !

Tous ces trafics fleurent bon l’argent frais, et notamment la monnaie d’argent. Celle qui est en cours dans le Saint Empire romain germanique, l’ancêtre médiéval de l’Allemagne, s’appelait le thaler. C’est ce mot, thaler, qui a donné le dollar.

Le mot guichet, lui, vient d’un mot scandinave, vik, qui désigne une crique marine, un recoin, voire une cachette. Allez savoir pourquoi, on l’employa pour dénommer le guichet d’une banque.

A l’époque, guichet avait un synonyme, vasistas. Ce mot est tiré de « was ist das » qui, en allemand, veut dire « qu’est-ce que c’est ?». L’expression était employée outre-Rhin pour s’exprimer au comptoir d’une administration. Une manière un peu rude de tancer l’administré venu réclamer quelque-chose. « Was ist das ! C’est pourquoi ?! »

Vasistas est passé dans la langue française après la conquête de l’Alsace. Sous la Révolution, on se mit à l’utiliser pour surnommer la guillotine… qui, en vrai, portait le nom de son inventeur, M. Guillotin. Aujourd’hui, un vasistas sert à désigner une petite fenêtre.

Alors je récapitule. Avant d’être une fenêtre, le vasistas désignait un guichet de banque. Le mot riche, un roi puissant. La banqueroute, un banc cassé. Et la banque… un endroit ou s’asseoir.

Décidément, ta langue en dit long ».

Rédaction Ina le 17/07/2020 à 10:57.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.