Sex Pistols : punk is not dead

Le plus célèbre des groupes Punk se formait il y a 45 ans, durant l'été 1975, à Londres. Le début d'une aventure éphémère qui culminait avec la sortie de l'album "Never Mind the Bollocks, Here's the Sex Pistols", en 1977, disque symbole d'un mouvement en rupture radicale avec la société et ses valeurs conformistes. Retour en images vers le (no) future.

Groupe emblématique de ce mouvement les Sex Pistols, un groupe de punk britannique. En 1978, en pleine gloire, ils annoncent qu'ils ont décidé de se saborder et le JT de'Antenne 2 y consacre un sujet ! Jean-Bernard Hebey brosse le portrait décapant des punks de la reine... et plus généralement de ce courant musical au look provocateur. Le chroniqueur présente des images de l'un des premiers concerts du groupe, à Atlanta, aux Etats-Unis. Ronald Reagan lui-même les avait autorisé à jouer là-bas. Ils interprètent leurs titres Anarchy in the UK et God save the queen.

Punk signifie, minable, voyou, pourri, dans le langage familier anglais. Né au milieu des années 1970 dans les milieux pauvres d’Angleterre en réaction aux idoles pop embourgeoisées, le mouvement punk est d’abord une attitude de révolte. Entre protestation et provocation, les jeunes de la classe populaire se distinguent dans leur discours et leur comportement marginal.

No future pour la contre-culture ?

Crêtes colorées sur la tête, vestes en cuir cloutées et t-shirts lacérés, ils prônent l’anarchie sur une musique brutale et violente. La reine et les banquiers de la City sont leurs cibles favorites. Devenu culture contestataire, le mouvement se répand sur tout le continent européen en moins de cinq ans.

Issu de la rue, le punk se retrouve aujourd’hui au musée. L’imagerie punk est partout : dans la mode, la publicité, à la télévision… Les puristes du genre crient au scandale et dénoncent une récupération mercantile du mouvement. Une chose est sûre, punk is not dead !

 

 1977. Sur l’antenne de TF1, Yves Mourousi propose aux téléspectateurs de découvrir « qu’est-ce que la punk ? », un nouveau type de music venu d’outre Manche. Réponse avec Jean-Jacques Burnel, le chanteur des Stranglers : il s’agit « d’agresser les cervelles des gens devenues trop léthargiques ».

 

1977. Antenne 2 propose à son tour un reportage sur le mouvement Punk :
« Les hippies s’étaient opposés à la guerre du Vietnam. Les punks s’opposent pas, ils révèlent, ils caricaturent. La réalité de leur jeunesse, c’est la récession économique, le chômage. Cette crise, ils la portent sur eux avec des vêtements de clochards comme une provocation. (…) Les punks ne sont peut-être que des clowns désespérés ».

Etre punk, c’est quoi ?

Les Cure à propos du mouvement punk
« Le punk c’est un état d’esprit, ce n’est pas une mode »

 

Objectif : choquer et provoquer.
Irruption de punks sur le plateau de Ciné machine lors d’une interview de Gilles Jacob.

Attention, âmes sensibles s’abstenir. A la recherche de Patrick, un punk niçois dans les rues de Londres.

  

Rencontre avec la jeunesse. Etre punk en France en 1985

 

1985. Les punks parisiens squattent une usine désinfectée de Montreuil  transformée en salle de concert.

La crête ou « l’iroquoise », la coupe punk.
Le punk, une révolution culturelle ? Rencontre avec trois chinois punk de Canton.
 

Benoit Dusanter

Rédaction Ina le 04/10/2013 à 11:20.
Dernière mise à jour le 24/07/2020 à 09:48.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.