Le Cachemire, région disputée par le Pakistan et l'Inde depuis 1947

Les tensions s'intensifient au Cachemire après que le Pakistan a abattu deux avions indiens, en réponse au bombardement par New-Dehli, mardi 26 février, d’un camp d’entraînement islamiste au Pakistan. 

Cette attaque aérienne avait elle-même été décidée en représailles de l'attentat-suicide ayant tué au moins 40 paramilitaires indiens le 14 février, dans la partie indienne du Cachemire.

Les tensions entre Pakistan et Inde au sujet du Cachemire sont en réalité aussi vieilles que la création de ces deux Etats, nés de l’indépendance des Indes britanniques, le 15 août 1947.

Pour comprendre l’épineuse question du Cachemire, il faut remonter le temps. Au XIXe siècle, les Britanniques règnent sur le sous-continent indien. A l’administration directe par les Britanniques des Indes, s’ajoutent certains territoires, les Etats princiers, vassaux des Britanniques, mais gouvernés par des marajahs. Leur colonisation est donc moins directe. C’est le cas de l’Etat du Jammu-et-Cachemire, situé dans la région himalayenne, au nord des Indes.  

Le Cachemire, gouverné par un prince hindou, mais à majorité musulmane

Le 15 août 1947, le Royaume Uni accorde l’indépendance aux Indes britanniques, donnant naissance à deux Etats, l’Inde, à majorité hindoue, et le Pakistan, à majorité musulmane. Des troubles éclatent entre ces deux communautés, et des déplacements massifs de population ont lieu entre les deux nouveaux pays. Le marajah du Cachemire, de religion hindoue, règne sur une population musulmane. Selon les accords passés avec les Britanniques, il se doit de choisir entre un rattachement avec le Pakistan ou avec l’Inde. Indécis, le marajah est débordé par les événements.

Des troupes pachtounes encadrées par le Pakistan envahissent en effet le Cachemire, pour forcer son union avec le Pakistan. Le marajah fait appel alors à l’Inde, qui réagit militairement contre la promesse d’intégrer le Cachemire. L’adhésion à l’Inde du Cachemire est prononcée le 26 octobre 1947.

1947 : première guerre indo-pakistanaise

Dès lors, la guerre frontale entre les deux pays est inévitable. D’octobre 1947 à décembre 1948, la première guerre indo-pakistanaise aboutit à un partage de fait de la région entre les deux pays, délimité par une ligne de cessez-le-feu imposée par l’ONU.

Mais le cessez-le-feu ne signifie aucunement la paix. Pour régler démocratiquement le problème du Cachemire, l’ONU réclame un vote de sa population.

Or, en 1956, l’Assemblée constituante élue au Cachemire décide le rattachement à l’Inde. Ce n’est certes pas la population, mais une assemblée légalement élue. Pour New Delhi, c’est suffisant. Dès lors, l’Inde considère que la question est juridiquement réglée, qui plus est par voie démocratique.

Mais pour Islamabad, la population du Cachemire, à majorité musulmane, souhaite toujours son rattachement au Pakistan. Le retour de la guerre est inévitable.

1965, la deuxième guerre indo-pakistanaise revient au statu quo de 1949 qui divise le Cachemire entre zone pakistanaise et zone indienne

D’août 1965 à septembre 1965 a lieu la deuxième guerre indo-pakistanaise, faisant plus de 3000 morts dans chaque camp. Répondant à des incursions de plus en plus fortes de troupes fidèles au Pakistan, l’Inde réagit et fait franchir la frontière par son armée.

La situation menace de dégénérer lorsque la Chine, alliée naturelle du Pakistan, menace de s’en mêler. Mais l’ONU, de même que les Etats-Unis et l’URSS, permettent la désescalade. Les deux camps doivent revenir aux frontières précédentes.

La version très partisane des origines du conflit donnée par Indira Gandhi en 1965 à la télévision française

Lors d’un reportage sur le front et en Inde pour l’émission Panorama, le journaliste Christian Bernadac interviewe Indira Gandhi (qui allait accéder au poste de Premier ministre au début de l’année 1966).

Fille de Nehru, Indira Gandhi s’exprime en français. Elle commence par donner une version très personnelle des causes historiques du conflit, puisque qu’elle explique qu’en 1947, « c’est la population du Cachemire qui a choisi de rejoindre l’Inde ». Or c’est inexact, puisque c’est le seul dirigeant du Cachemire, le marajah, qui a fait appel à l’Inde, et non la population, à majorité musulmane.

Malgré la fin de cette guerre, les tensions ne faiblissent pas. La fin des années 1980 voit le développement d’un mouvement indépendantiste qui rejette la tutelle indienne sur le Cachemire.

1999, le conflit du Kargil, une nouvelle guerre entre deux pays désormais puissances nucléaires

En 1999, une nouvelle guerre éclate, « la plus haute du monde ». Les deux armées indiennes et pakistanaises s’affrontent sur des glaciers à plus de 5000 mètres d’altitude.

Mais ce qui retient surtout l’attention de la communauté internationale dans ce nouvel épisode militaire autour du Cachemire, c’est que l’Inde et le Pakistan sont désormais des puissances nucléaires. Le conflit du Kargil, qui fait environ 500 morts de chaque côté, prend fin lorsque le Pakistan, qui avait initié les combats, se voit refuser tout soutien de la part de ses alliés traditionnels, les Etats-Unis et la Chine.

Après plus de 70 ans, le problème du Cachemire n'est toujours pas réglé 

Après une détente au cours des années 2000, les tensions se sont à nouveau fortement accrues depuis les années 2010. Entre attentats et répression, le Cachemire est toujours cette région fortement tendue que se disputent le Pakistan et l’Inde, au carrefour de tous les risques géopolitiques mondiaux, avec le face-à-face à distance entre Chine et Etat-Unis.

Cyrille Beyer

Rédaction Ina le 27/02/2019 à 19:01.
Dernière mise à jour le 14/03/2019 à 20:38.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.