L'afghanistan des talibans

Qui sont-ils ?

Le mouvement taliban est apparu pour la première fois en Afghanistan en 1994. Originaires du sud du pays, majoritairement pachtounes, les talibans ont été formés dans des «madrassas» (écoles religieuses mais aussi bases d'entraînement militaire) proches de la frontière pakistanaise.
 Ces étudiants en théologie, se définissent comme «fondamentalistes», par opposition aux islamistes modernes. Ils prônent en effet un retour à l'islam pur, proche de celui existant au temps du prophète. Le pouvoir selon eux ne repose pas sur une quelconque forme d'Etat, mais sur une interprétation extrémiste de la charia, la loi divine.
 Au départ, les talibans bénéficient d'une certaine popularité. Le pays en proie aux guerres civiles depuis 1989, est fatigué des excès des chefs de guerre. Les Afghans accueillent volontiers ces religieux qui amènent la paix et la sécurité et qui prennent en quelques mois le contrôle de la moitié sud du pays. Le 27 septembre 1996, les talibans dirigés par le mollah Mohammed Omar prennent le contrôle de la capitale Kaboul, alors aux mains du commandant Massoud. Ce dernier prend refuge dans la montagne du Panshir et combattra l'oppression talibane jusqu'à sa mort, le 9 septembre 2001.

La vie sous les talibans

Commence alors pour les Afghans la vie dans une société archaïque, où la moindre liberté fondamentale est supprimée. Le théâtre, le cinéma et la télévision sont interdits, la possession d'appareils photos est illégale.
 L'adultère est puni de cent coups de fouet, toute représentation du corps humain est détruite, jusqu'aux poupées des petites filles. Les sports, les instruments de musique n'existent plus dans ce pays où règne la Charia. Les homosexuels sont condamnés à mort. Les femmes enfin sont les premières victimes de ce pouvoir intolérant. L'emploi et l'instruction ne leur sont désormais plus accessibles. Elles doivent revêtir le vêtement traditionnel : la burqaa, ou tchadri, les recouvre entièrement de la tête aux pieds. Elles ne peuvent sortir dans la rue qu'accompagnées de leur mari ou d'un proche parent.
 L'absence de toute forme étatique favorise le développement d'activités illicites, telles le trafic d'armes et la production de drogue. Les talibans contrôlent les cultures de pavot, matière première de l'opium et de l'héroïne.

L'après 11 septembre

A l'échelle internationale, les talibans profitent du soutien de l'Arabie Saoudite, du Pakistan et des Etats-Unis, jusqu'en 1996, année où un certain Oussama Ben Laden trouve refuge dans le pays et révèle publiquement ses intentions de frapper les Etats-Unis.
 A la veille des attentats du 11 septembre 2001, les talibans contrôlent 90 % du territoire afghan. Mais les Américains meurtris déclarent la guerre au mollah Omar et mènent une coalition mandatée par l'Onu. Les bombardements intensifs de leur armée de l'air affaiblissent les défense talibane, permettant à l'Alliance du Nord de lancer, début novembre, une vaste offensive en plusieurs points du territoire.
 La prise de la principale ville du nord du pays, Mazar-i-Sharif, le 10 novembre 2001, est un tournant décisif : les talibans reculent sur l'ensemble des fronts. Les forces de l'opposition entrent alors dans Kaboul le mardi 13 novembre. Le pouvoir taliban s'écroule en quelques jours.

Rédaction Ina le 25/09/2006 à 00:00.
Dernière mise à jour le 11/04/2015 à 12:44.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.