Jacques Amalric en 1980 : "Méfiez-vous des révolutionnaires professionnels"

Le journaliste, ancien du Monde et de Libération, est mort le 4 juin à l'âge de 82 ans. Il était notamment spécialiste de politique étrangère, et plus particulièrement de l'ex-URSS.

Jacques Amalric, ancien chef du service étranger du Monde et ancien directeur de la rédaction de Libération, est mort vendredi 4 juin 2021 à l'âge de 82 ans. Sa carrière est unanimement saluée à l'occasion de sa disparition.

Né à Montauban (Tarn-et-Garonne), le 6 octobre 1938, il commença sa carrière à La Dépêche du Midi avant de rejoindre Le Monde en 1963, déjà au service étranger. Nommé correspondant à Washington (1970-1973) puis à Moscou (1973-1977), il assure, à partir de 1979, la direction du même service puis ensuite des fonctions à la direction. Il rejoindra Libération en 1993 comme éditorialiste, puis rédacteur en chef et enfin directeur de la rédaction jusqu’à son départ à la retraite en 2002.

Le journal Le Monde a écrit à l'occasion de sa disparition que Jacques Amalric avait été "profondément marqué par ses quatre ans de totalitarisme réel" lorsqu'il fut correspondant à Moscou. "On ne sort pas indemne d’un séjour de correspondant en Union soviétique", indique Sylvie Kauffmann et Alain Frachon dans leur article. Les deux journalistes ont été dirigés par Jacques Amalric lorsqu'il était chef du service étranger du quotidien du soir.

La passion de la Russie

Dans l'archive en tête de notre article, Jacques Amalric évoque le livre de Mikhaïl Voslenski "La nomenklatura, les privilégiés en URSS". L'écrivain russe décryptait la classe des nouveaux privilégiés qui disposaient de larges pouvoirs et s'étaient attribués des privilèges matériels et administratifs. Selon Jacques Amalric, ce livre présente "de manière systématique et bien documenté les vrais maîtres de l'Union soviétique". Il assure que du temps où il fut correspondant à Moscou, il s'était bien rendu compte de ce qu'il se passait. Mais, selon lui, "ce livre est le premier qui présente une documentation aussi complète sur ces gens extrêmement discrets qui en fait dirigent cet énorme pays". En cela, il estime qu'il faut se méfier "des révolutionnaires professionnels" représentés par cette caste de la Nomenklatura.

Depuis qu'il avait pris sa retraite, Jacques Amalric vivait en Corse avec sa deuxième épouse, Isaline de Comarmond. Il était père de trois enfants, Judith, Alexandre et Mathieu, qu'il a eus avec Nicole Zand, elle-aussi journaliste. "Jusqu’au bout dans sa retraite corse, il restait passionné par tout ce qui se publiait sur la Russie", écrit Marc Semo dans Libération.

Rédaction Ina le 08/06/2021 à 11:12.
Dernière mise à jour le 08/06/2021 à 11:25.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.