Drogue à Paris : en 1994 déjà, le maire du 19e dénonçait "un trafic de mort"

Depuis des mois, les trafics de stupéfiants dans le quartier de Stalingrad pourrissent la vie des habitants et des commerçants. La situation était quasiment la même il y a près de 30 ans.

La vie dans le nord-est de Paris, notamment la place Stalingrad et ses alentours, est empoisonnée par les trafics de drogue, et de crack en particulier. Des faits-divers viennent régulièrement le rappeler dans l'actualité. Le dernier en date : une enquête a été ouverte mardi 5 mai 2021 pour "violences avec arme" après des tirs de mortiers d’artifice en pleine rue. Une enquête devra identifier les auteurs de ces tirs de mortiers et leurs motivations. Selon le journal Le Parisien, les tirs visaient "un groupe de consommateurs de crack". Depuis 2019 et le démantèlement d'un lieu de consommation situé dans un autre arrondissement, les autorités multiplient les initiatives pour tenter d’assainir la situation à Stalingrad : patrouilles de police renforcées, arrestations de trafiquants, hébergement des toxicomanes...

Mais le mal est ancien et profond. Au cours des années 90, la place de Stalingrad à Paris et les rues alentour (rue Caillié, rue de Kabylie, passage Goix, rue d'Aubervilliers) étaient déjà le théâtre d'importants trafics de drogue. Les riverains et les commerçants étaient excédés, allant même jusqu'à craindre que certains se fassent justice eux-mêmes.

La situation était connue des autorités et dénoncée, notamment par le maire du 19e Michel Bultel. Dans notre archive visible en tête de cet article, il est implacable : "il n'y a pas une réelle volonté de lutter contre la drogue et je le dis ouvertement, ayons le courage de déchirer le voile opaque de l'hypocrisie sur la drogue, aujourd'hui, il y a des milliards d'argent qui circule à cause de ce trafic de mort [...] je rentre en croisade et j'entends avoir des soutiens et que la justice ne soit plus laxiste."

Un immobilisme dénoncé à son tour aujourd'hui par les populations. La préfecture de police l'a assuré : le quartier est une "priorité depuis l’été 2019".

Rédaction Ina le 14/05/2021 à 13:57.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.