César, empereur de la sculpture

1973

César, sculpteur majeur du Nouveau Réalisme est connu pour avoir compressé et réduit à peu de chose nombre de voitures. Le sculpteur reste dans les mémoires l'artiste féru de ferrailles. Mieux, il était un artisan. Portrait.

Réduire une voiture en galette

Petite idée d'happening pour dénoncer la société de consommation : prenez une voiture (voire plusieurs), dénichez une presse hydraulique et aplatissez le véhicule comme une crêpe. L'idée vient de César Baldaccini et date déjà de quelques décennies… Appelé César, le sculpteur a fait des compressions son image de marque. Même plus de dix ans après sa mort (survenue le 6 décembre 1998), sa renommée internationale reste intacte.

Des tubes et des vis au service de l'art

Né le 1er janvier 1921 à Marseille, il débute à 14 ans des études à l'Ecole des Beaux-Arts de sa ville natale, avant de gagner Paris. Il se met à travailler le plâtre et le fer. César sera le sculpteur des matériaux bruts. Quelques années plus tard, il réalise des essais de soudure et ses premières sculptures toutes en ferrailles. C'est à cause du manque d'argent et parce qu'il ne peut pas s'offrir du marbre ou du bronze qu'il récupère les matériaux de ses œuvres précédentes : des tubes, des boulons, des vis... Ils deviendront des insectes ou se retrouvent dans les courbes de la « Vénus de Villetaneuse ».

Les Nouveaux Réalistes

Ainsi, César va intégrer le groupe des Nouveaux Réalistes, aux côtés de Mimmo Rotella, Niki de Saint-Phalle et Gérard Deschamps. Leur méthode de création : l'appropriation du réel, « son recyclage poétique ». C'est à cette époque que le sculpteur marseillais va s'intéresser aux compressions. Les voitures qu'il reçoit perdent 90 % de leur volume, tout comme les tissus, les papiers et même les bijoux en or que les femmes du monde lui apportent. Il les rend compressés, en cube à porter autour du cou. En travaillant ainsi sur un objet du quotidien, César le détourne de son usage habituel et en propose un regard différent.

Compressions… expansions

En inversant l'esprit des compressions, César présente, lors d'un grand rendez-vous de l'art en 1967, « la grande expansion orange ». Réalisée en polyuréthane, il s'agit d'une grande coulée lisse. L'artiste n'intervient que sur la forme que prennent les vagues de la masse. Autre série d'œuvres emblématiques : celles autour du thème de la main. En 1964, César décide de mouler son pouce puis de l'agrandir. Avec les années, le pouce sculpté prend des dimensions de plus en plus imposantes. Il mesure ainsi 40 cm, 60 cm, 2 m, 6 m puis enfin 12 m. De même, il crée « Le Poing », sculpture monumentale de 7 tonnes en fonte d'acier polie. Elle est installée sur la place d'armes au Lycée militaire de Saint-Cyr depuis 1970.

Du Centaure aux César

Celui qui conservera toujours son franc-parler méridional cultive aussi son image d'éternel artisan et de soudeur : « Pour créer, il faut avoir une grande fraîcheur, une grande naïveté. Ce qu'on appelle le feu sacré. Dans l'atelier, vous vous oubliez et le matériau vous transforme. Soudain, une chose vous entraîne à une autre et ainsi de suite. En réalité, quand on est un artiste, on s'amuse. » César multiplie alors les expositions à travers le monde : Milan, Sao Paulo, Mexico… Il donne des cours à l'Ecole Nationale des Beaux-Arts et entreprend en 1983 la réalisation du « Centaure », en hommage à Picasso. Cette œuvre de 4,70m de hauteur sera achevée deux ans plus tard. Enfin, le sculpteur est à l'origine des prestigieuses récompenses du cinéma français : les César. Et chaque année, son œuvre émeut les plus grands noms du 7e art.

1998

Pour aller plus loin

Le divan d'Henry Chapier avec César (1990)

Qu'est-ce qui fait courir César ? (1967)

Rédaction Ina le 11/12/2008 à 00:00.
Dernière mise à jour le 04/12/2018 à 10:46.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.