Alain Bashung

L'envie de chanter de la pop

« Pour moi cette relation entre le verbe et la voix peut occasionner un véritable casse-tête. Chanter des choses directes, être mieux compris, pourrait solutionner mon problème, mais ce qui m'intéresse, c'est justement de me glisser à l'intérieur de nuances. » Alain Bashung, éternel chanteur torturé ? « J'ai fait la paix avec la pop music » assure-t-il, après la sortie de son dernier album « Bleu pétrole », pour lequel il a reçu une Victoire de la Musique. Egalement récompensé dans les catégories "meilleur concert" et "interprète masculin de l'année" , Alain Bashung accumule 11 Victoires depuis le début de sa carrière : il est le chanteur le plus primé de ce rendez-vous.

Le côté obscur du rock

Pourtant, Alain Bashung ne découvre la musique qu'assez tardivement : élevé en Alsace par des grands-parents très conservateurs, c'est à son retour à Paris, à l'âge de 12 ans, qu'il a un vrai coup de cœur pour le rock et tous ses monstres : Elvis Presley, Buddy Holly, Gene Vincent. Cette musique libre et révoltée le fascine. Peu porté sur les études, Alain Bashung monte en 1962 un groupe avec quelques copains. Il part alors faire la tournée des bars, des hôtels, des restaurants et des bases américaines. A 19 ans, il sort ses premiers 45 tours. Très obscurs, ils restent dans l'ombre.

L'amour du jeu de mots

Voilà dix ans que sa carrière ne décolle pas. Il est l'homme à tout faire, compositeur et musicien de Dick Rivers ; il interprète Robespierre dans une comédie musicale sur la Révolution française. Puis fait deux rencontres décisives : Andy Scott, musicien de studio et Boris Bergman, auteur. Ensemble, ils travaillent à son premier album, « Romans Photos ». Alain Bashung y inaugure un style où se mêlent cynisme et rock. Grâce à Bergman, ses textes jouent avec la langue française, sans peur du jeu de mots. Mais l'album est un échec commercial.
 Son deuxième opus « Roulette russe » sort en 1979 : encore une fois, le public n'adhère pas à cette ambiance trop sombre.

De Gaby à Joséphine

Le vrai déclic se fait en 1980, avec la chanson « Gaby, oh ! Gaby » : enfin Alain Bashung remporte le plébiscite du public et vend 1 million d'exemplaires de son titre. Le chanteur profite de cette nouvelle adhésion pour présenter son album « Pizza », aux tonalités très rock. Le tube « Vertige de l'amour » fait des étincelles et son interprète peut enfin tourner dans des salles prestigieuses, telles que l'Olympia.
 Plusieurs albums après (« Play blessures » en 1982, « Figure imposée » en 1983, « Passé le Rio grande » en 1986, « Novice » en 1989), c'est « Osez Joséphine », en 1991, qui gonfle encore davantage l'auditoire bashunguien. 350 000 exemplaires sont vendus et trois Victoire de la Musique récompensent notamment l'Artiste et la Chanson de l'année.

La suite d'une évolution ?

Car Alain Bashung, c'est en quelque sorte un artiste de l'hermétisme, qui séduit souvent la critique et ravit parfois le public. A la fin des années 90, « Fantaisie militaire » est lourdement empreint de blessures amoureuses, sans laisser de côté un éternel et très personnel sens de la dérision. L'intimisme du titre « La nuit je mens » bouleverse le public : Alain Bashung le cinquantenaire exprime plus clairement et sereinement ses douleurs. De même dans « L'Imprudence » (2002), ses textes sont introspectifs et troublants. Alors, pour l'album « Bleu pétrole », Alain Bashung choisit encore de passer un cap, de s'ouvrir sur l'en-dehors.
 Il déclare au journal Libération : « Mes chansons ont beaucoup traité de choses en relation avec les relations internes homme-femme, mais elles ont évolué. Ce qu'on subit nous transforme. » Et d'ajouter : « Je déteste faire l'artiste qui se plaint. » Il décède le 14 mars 2009.
Téléchargez ou gravez l'offre Alain Bashung

Rédaction Ina le 22/03/2008 à 00:00.
Dernière mise à jour le 10/04/2015 à 16:18.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.