2011 : la Norvège plongée dans l'horreur de la tuerie d'Utoya

Il y a dix ans, le 22 juillet 2011, la Norvège plongeait dans l'horreur. Un fondamentaliste chrétien, Anders Breivik, assassinait 77 personnes, à Oslo et sur la petite île d'Utoya, à une trentaine de kilomètres de la capitale.

Le 22 juillet 2011 est une date marquée au fer rouge dans l'histoire récente de la Norvège, pays nordique peuplé de 5 millions d'habitants. Anders Breivik, extrémiste se revendiquant du fondamentalisme chrétien, opposé à la politique multiculturelle de son pays, commet deux attentats qui vont causer la mort de 77 personnes (et 151 blessés).

D'abord, à Oslo, à Regjeringskvartalet, le quartier gouvernemental, au pied d'immeubles abritant les bureaux du premier ministre et le ministère des Finances, une explosion fera 8 morts. Près de deux heures plus tard, Anders Breivik, déguisé en policier, tire méthodiquement sur une foule de jeunes gens venus assister à un rassemblement du parti travailliste.

Cette tuerie fera 69 morts (un bilan légèrement moins important que les 85 annoncés dans le reportage). Récit des événements et des premières réactions de témoins, choqués, avec ce reportage de France 2 au lendemain de la tragédie, le 23 juillet 2011.

Rédaction Ina le 22/07/2021 à 11:46.
Dernière mise à jour le 22/07/2021 à 11:56.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.