2008, l'or, valeur refuge en temps de crise économique ?

Le 7 août 2019, l'once d'or a dépassé un seuil symbolique de 1.500 dollars. Une envolée qui inquiète les économistes car depuis toujours, la valeur de l'or est un bon indicateur de la santé économique. En 2008, en pleine crise des subprimes, le métal précieux devenait la valeur refuge par excellence.

Depuis début août, il semblerait qu'une fièvre jaune se soit emparée des investisseurs. L'once d'or (soit 21 grammes) s'envole. Pour les économistes, ce n'est pas de bon augure. En effet, le métal précieux joue depuis toujours un rôle de valeur refuge. Lorsque l'économie est florissante, le marché de l'or stagne ou baisse. Son cours reflète alors la confiance des investisseurs dans l'avenir des valeurs boursières et des monnaies. Mais lorsque la crise pointe à l'horizon, la valeur de l'or augmente et elle poursuivra sa montée inexorable tandis que les marchés, eux s'affaisseront. L'or reste toujours très rentable par rapport aux valeurs boursières qui s'effondrent.

C'est un mécanisme qui se reproduit à chaque nouvelle tension économique. En 2008, alors que la plus grosse crise économique du 20e siècle frappait le monde, le cours de d'or lui s'envolait. A Paris, comme ailleurs, les épargnants cherchaient à mettre leurs économies à l'abri et l'or, comme toujours, brillait de ses mille feux attractifs et rassurants.

Le 6 octobre 2008, Pour le 19-20 de France 3, Guillaume Daret part à la rencontre d'un vendeur d'or, Jonathan Fhal, du bureau de change et de vente d'or Godot et fils. Et l'activité bat son plein : "Habituellement ce vendeur d'or réalise deux ou trois transactions quotidiennes, ces jours-ci, il en réalise plus d'une vingtaine. Des petits épargnants paniqués par la crise financière qui souhaitent acheter des pièces d'or ou des lingots, pour les plus fortunés."

Le vendeur témoigne alors de l'augmentation de ses transactions journalières : "Il y a eu un gros élan de panique avec la baisse de la bourse la semaine dernière. Ça c'est vraiment amplifié. De jour en jour, on voit de plus en plus de personnes venir nous acheter pour 1 000 euros, 3 000, 10 000, 20 000… un lingot, des pièces..."

A l'époque, jusqu'à 3 000 euros, l'achat était anonyme. D'ailleurs, aucun acheteur n'accepte de répondre aux questions du journaliste. Mais dans la rue, dans le quartier de la Bourse, les quidams restent tous convaincus de la valeur de l'or : "Pour moi, c'est une valeur refuge. Si j'avais de l'argent en trop, j'aurais été acheter un petit peu d'or quand même. Pour un peu de tranquillité."

Même constat chez les intermédiaires financiers. Ce gestionnaire de patrimoine a multiplié par six ses transactions en une semaine. Tous conseillent à leurs clients d'acheter de l'or en cette période de crise : "ce qui n'augure rien de bon pour le système financier international." Alain Piquemal, gestionnaire de patrimoine, explique pourquoi : "Le fait de figer de l'or dans un coffre, c'est qu'on ne croit plus en l'avenir. Donc, il n'y a plus d'espérance. Donc, je ne suis pas très optimiste quand je vois ça mais s'il faut le faire, on fera de l'or physique."

A l'époque à Paris, un lingot coûtait près de 21 000 euros. En août 2019, un lingot d'un kilo coûte environ 43 000 euros. En cas de crise économique, il n'y a aucune raison pour que cette ruée vers l'or cesse.

Pour aller plus loin

2004. Dix jours après son accession au ministère des finances Nicolas Sarkozy annonce son projet de revendre tout ou partie des réserves d'or de la Banque de France (30 milliards de lingots d'or) afin de réduire l'endettement de l'Etat qui s'élève à l'époque à 1 000 milliards d'Euros. Des lingots qui gagent l'argent utilisé par les banques "depuis des décennies la France n'a jamais touché à cette richesse"…  Un kilo vaut alors 11 000 euros. La Banque de France s'oppose à l'époque à ce projet car l'or français est une garantie pour la monnaie européenne. Selon le traité de Maastricht, il ne peut servir qu'à défendre l'Euro et pas à renflouer les caisses de l'Etat. (9 avril 2004) 

19 novembre 2004.  Nicolas Sarkozy impose son choix de vendre de l'or. La décision est prise. 5 à 600 tonnes seront écoulées sur 5 ans. Mais pour quel bénéfice ? On s'attaque à un symbole. Est-ce rentable ? s'interroge ce reportage du journal de 20h00 de France 2 

21 février 2009. Or, valeur refuge. Reportage. En période de crise, l'or est une valeur refuge. Rencontre avec un marchand d'or qui détaille l'augmentation sur une année de la valeur de plusieurs produits. Les cours de l'or ont subi de fortes variations aux cours de l'année mais cela reste cependant très rentable par rapport aux valeurs boursières qui se sont effondrées. Cette hausse de la valeur de l'or nuit aux bijoutiers qui doivent augmenter leurs prix et voient leurs ventes diminuer. 

9 août 2011. La ruée vers l'or en Chine. L'once s'affiche au prix de 1250 euros. Les Chinois, qui subissent une forte inflation, achètent de l'or en masse car ils ont moins confiance dans la monnaie. Reportage à Pékin en Chine sur le marché de l'or, valeur refuge en ces temps de crise économique. Interview d'un économiste chinois.

16 septembre 2011. A l'occasion des Journées du patrimoine, la Banque de France dévoile ses coulisses, avec reconstitution de la fameuse salle "La souterraine", sur un hectare de surface, à trente mètres sous terre qui conserve l'or de la France. 2600 tonnes d'or y sont conservées, dans des boites, sur des palettes sécurisées… et visite de la galerie dorée.

16 septembre 2016. Dans les secrets de la Banque de France. Reconstitution d'après "Visite à la souterraine" de Stefan Sweig qui avait pu visiter en 1932 l'endroit où est conservé les 2435 tonnes d'or de la France, et interview d'Arnaud Manas, responsable du patrimoine de la Banque de France.

Florence Dartois

Rédaction Ina le 13/08/2019 à 15:30.
Dernière mise à jour le 13/08/2019 à 17:09.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.