1993 : un spécialiste de l'Afrique témoigne du « génocide » en cours au Rwanda

Du 7 avril au 17 juillet 1994, près de 800 000 Tutsi étaient massacrés par la majorité hutu, au Rwanda. Un génocide qu'avait pressenti le militant associatif Jean Carbonare et contre lequel il tentait de mobiliser l'opinion française dès janvier 1993 sur France 2.

« Nous sommes responsables, vous aussi M. Masure vous pouvez faire quelque chose, vous devez faire quelque chose, pour que cette situation change, parce qu'on peut la changer, si on le veut. » C’est un appel pour que cessent les exactions au Rwanda que lance, les larmes aux yeux, Jean Carbonare, le 28 janvier 1993, sur le plateau du journal de 20h de France 2.

Président de l’association Survie qui dénonce le néocolonialisme français en Afrique et grand connaisseur du continent, Jean Carbonare rentre d’une mission de quinze jours au Rwanda pour le compte de la Fédération internationale des droits de l'homme. Ce qu’il y a vu et entendu l’a horrifié.

Plus d’un an avant le début du génocide des Tutsi, commencé le 7 avril 1994 au lendemain de l’attentat contre le président Juvénal Habyarimana, Jean Carbonare rend compte, déjà, d’une situation « génocidaire » vis-à-vis de la minorité du pays :

« Ce qui nous a beaucoup frappé au Rwanda, c’est à la fois l'ampleur de ces violations [des droits de l’homme], la systématisation, l'organisation même de ces massacres. On a parlé d'affrontements ethniques, mais en réalité il s'agit de beaucoup plus que d'affrontements ethniques, c'est une politique organisée que nous avons pu vérifier malheureusement, parce que dans plusieurs coins du pays, en même temps, éclatent des incidents. Cela n'est pas fortuit, on sent que derrière tout cela, il y a un mécanisme qui se met en route. »

« Notre pays a une responsabilité »

Une situation dramatique que Jean Carbonare va jusqu’à qualifier de « purification ethnique, de génocide, de crimes contre l'humanité » dans le pré-rapport qu’il rédige avec ses collègues de la Fédération internationale des droits de l'homme, et dont il soupçonne l’état rwandais d’être directement responsable : « Jusqu'à quel niveau, nous sommes réservés pour le moment, […] mais tous les membres de la mission sont convaincus qu’il y a une responsabilité très grande jusqu'à un niveau élevé dans le pouvoir. »

Le pouvoir est alors dans les mains du président hutu Juvénal Habyarimana, soutenu par la France. Cette alliance, Jean Carbonare la ressent de manière « inconfortable » lors de son enquête sur le terrain : « Notre pays, qui supporte militairement et financièrement ce système, a une responsabilité […] Notre pays peut, s’il veut le faire, peser sur cette situation. »

Prolongeant le reportage de France 2 diffusé juste avant son interview et faisant état de charniers découverts dans les villages de Mutura et Kinigui, au nez et à la barbe d’habitants et d’autorités hutu qui jouent la surprise, le sourire aux lèvres, Jean Carbonare lance un appel à la France et à la communauté internationale pour que cessent ces massacres de Tutsi : « On a trouvé des femmes qui sont terrées au fond de la forêt depuis des semaines avec leurs enfants. On peut faire quelque chose, il faut qu'on fasse quelque chose pour elles, et notre gouvernement, en pesant sur les autorités du pays, qu'elles assistent militairement et financièrement, peuvent très rapidement [agir]. »

Un cri d’alarme qui va rester sans réponse. Plus d’un an plus tard, le 7 avril 1994, éclate l’un des pires génocides du XXe siècle. Pendant 100 jours, jusqu’au 17 juillet 1994, près de 800 000 Tutsi seront massacrés des mains de leurs voisins Hutu.

Quant au rôle exact de Paris dans cette tragédie, le rapport de la commission Duclert, remis à Emmanuel Macron le 26 mars 2021, s'il écarte le terme de « complicité », « conclut à un ensemble de responsabilités lourdes et accablantes pour l’Etat français ».

Cyrille Beyer

Pour aller plus loin : 

Un documentaire sur ce génocide est disponible sur madelen, l'offre de streaming illimité de l'INA.

Le 28 janvier 1993, un reportage de France 2 fait état des charniers découverts dans les villages de Mutura et Kinigui et met en garde, déjà, contre le « génocide auquel est promise la minorité tutsi »

Le 23 juillet 1994, interviewé sur France 2, le président François Mitterrand voyait dans l'intervention française Turquoise l'une des seules « lueurs » dans cette « épouvante ». 

Le 9 février 1996, le magazine Géopolis sur France 2 rappelle les liens entre la Belgique, ancien pays colonisateur, et le régime du président Juvénal Habyarimana, au pouvoir depuis 1973.

Rédaction Ina le 06/04/2021 à 15:45.
Dernière mise à jour le 27/05/2021 à 09:23.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.