1987, des habitants d'Issoire refusaient l'extension d'une décharge

Un gigantesque incendie s'est déclaré mardi 6 avril après-midi au sein de la casse automobile du site de traitement de déchets Praxy. La zone industrielle d'Issoire était déjà au cœur de l'actualité en 1987, lorsque la population refusait d'agrandir la déchetterie.

L'incendie a pris au sein de la casse automobile du site de traitement de déchets Praxy Centre Bourbié [Praxy a racheté Bourbié en 2009], sur la zone industrielle d'Issoire dans le Puy de Dôme. Jusqu'à 170 pompiers ont été mobilisés sur ce feu dont les fumées noires se voyaient jusqu'à Brioude située à une 30e de kilomètres du site.     

Le 20 mars 1987, le JT FR3 Auvergne s'était rendu sur place car le conseil municipal venait de voter à l'unanimité l'extension de la décharge industrielle située à proximité de la ville. "Périls", l'association de défense de l'environnement d'Issoire s'opposait fermement à ce projet. Cet agrandissement était demandé par Bourbié, une entreprise de récupération de métaux "l'entreprise qui vient d'installer un broyeur d'automobiles revend toutes les pièces métalliques mais souhaite entreposer les matières non récupérables, comme les plastiques", précisait le journaliste. Pour certains habitants, membres de "Périls", ce projet risquait à court terme de poser des problèmes de pollution de l'air et de l'eau : "La décharge se trouve au-dessus d'une nappe phréatique et à moins d'un kilomètre on trouve un collège, la station de pompage d'eau potable, les abattoirs de la ville, un plan d'eau et enfin l'Allier qui coule à quelques centaines de mètres de là".

Pour faire baisser les tensions, la municipalité venait d'annoncer que la décharge n'accepterait que les déchets de la commune. L'entreprise garantissait quant à elle la sécurité et s'en remettait à la décision préfectorale.

L'incendie qui semble être maîtrisé serait parti d'une carcasse de voitures avant de rapidement se propager à d'autres véhicules et des pneus. Au lendemain du sinistre, aucune toxicité n'a été détectée, selon la préfecture. Un test de toxicité des fumées a été réalisé : "A cette heure, les 1ers résultats ne font pas apparaître de toxicité autre que celle due à un incendie de cette ampleur", a précisé la préfecture le 7 avril. 

Pour aller plus loin :

JT Auvergne soir : explosion et incendie chez Repol. Le 29 juillet 2002, une explosion dans un réacteur chimique a engendré un incendie qui a ravagé une grande partie de l'entreprise Repol, spécialisée dans le recyclage des bouteilles en plastique. Huit blessés dont deux brûlés gravement. La présence d'un dépôt de méthanol à proximité a accru la dangerosité de l'accident, mais il n'y a pas eu de conséquence toxique. (30 juillet 2002)

JT Auvergne soir : Issoire, ville à risque. Dans la zone industrielle d'Issoire, de nombreux incendies ont eu lieu : Repol, Fortech, Bourbié, Pechiney,... Ces risques sont pris en compte, et des plans d'intervention sont définis par les pompiers en collaboration avec les entreprises. (30 juillet 2002)

JT Auvergne soir : Praxy reprend Bourbié. Le tribunal de commerce de Clermont-Ferrand s'est prononcé sur le sort de l'entreprise Bourbié à Issoire. C'est finalement le projet de reprise de Praxy Finances qui a été retenu, un projet qui prévoit de conserver 150 emplois à Issoire (121 licenciements) et de doter chaque licenciement d'une prime supra-légale de 3700 euros, une somme jugée bien insuffisante par le personnel. Le montant du rachat de Bourbié s'élève à 4,35 millions d'euros. (30 octobre 2009)

En 2019, la ville redorait son blason :

13 heures de F2 : Issoire : territoire attractif. Direction la ville d'Issoire, dans le Puy-de-Dôme... Son dynamisme économique attire startups, industries et des salariés heureux d'avoir quitté l'agitation des grandes métropoles. (2 octobre 2019)

Florence Dartois

Rédaction Ina le 07/04/2021 à 18:44.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.