1966 : "Harold Pinter, c'est le théâtre après la bombe atomique"

"Harold Pinter, c'est le théâtre après la bombe atomique" ! Ces paroles sont de Michel Bouquet, l'un des interprètes préférés du dramaturge anglais. Nous sommes en 1966, et Claude Régy monte au théâtre de Paris l'adaptation française du Retour, écrite par Pinter en 1964 à Londres. Une carrière française qui avait commencé par un four : en 1961, sa première pièce montée en France, Le Gardien, n'avait pas connu un grand succès. Mais très vite, la réputation du metteur en scène monte en flèche, et en 1966, le théâtre de Pinter est incontournable. 

Incontournable et à la mode, car très moderne, mais pas toujours bien compris... comme l'atteste cet échange épistolaire très savoureux entre le dramaturge et l'une de ses spectatrices françaises, en 1968. 

Ainsi, pour mieux comprendre ce "théâtre de l'absurde" qui caractérise l'oeuvre de Pinter, écoutons le metteur en scène Claude Régy expliquer ce qu'il en retire et en quoi il apprécie sa modernité.

Pour Pierre Brasseur, le théâtre de Pinter est avant tout un "théâtre de la pensée, qui est toujours en arrière plan, et dans lequel les mots n'ont pas d'importance". 

Enfin, laissons la parole à Harold Pinter s'exprimer sur son oeuvre.

Rédaction Ina le 18/12/2018 à 19:26.
Dernière mise à jour le 18/12/2018 à 19:44.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.