1964, von Choltitz raconte comment il sauva Paris en août 1944

Quelques jours avant la libération de Paris, Hitler voulait anéantir la capitale française. En 1964, l'homme qui disait s'être opposé à ce projet, le général von Choltitz, revenait sur ces heures cruciales de l'histoire.

Entre le 19 et le 24 août 1944, alors que Paris se soulève face à l'occupant allemand et va être libéré, Hitler ordonne la destruction de la ville au général von Choltitz. Il a toujours affirmé qu'il aurait refusé d'obéir aux ordres du Führer. Dans son film, Françoise Cros de Fabrique, en s'appuyant sur des documents inédits, découverts dans les archives allemandes et françaises, démontre que cette légende est fausse et qu'Hitler a tenté plusieurs fois d'anéantir la ville lumière. Mais, revenons sur le témoignage du général allemand. En août 1964, vingt ans après les faits, von Choltitz racontait sa version de son sauvetage de Paris. Ses propos sont illustrés d'archives d'époque qui nous plonge en plein cœur de la libération parisienne, aux côtés des Parisiens et des troupes du général Leclerc.

En Français,  von Choltitz relate sa rencontre avec Hitler à son QG, son retour à Paris et ses manœuvres pour ne pas détruire la capitale qui commençait à se soulever. C'est le 22 qu'il reçoit des télégrammes insistants d'Hitler lui ordonnant de détruire les usines et les ponts :"si pour la première fois j'ai désobéi, c'est parce que je savais qu'Hitler ne tirerait jamais."

Ce répit, la 2ème DB de Leclerc postée à Versailles, en tire profit pour rouler vers Paris insurgé. Trois de ses chars, envoyés dès le 24 août, parviennent à rejoindre l'Hôtel de ville. Toutes les cloches de Paris se mettent à sonner. Dans son salon de l'hôtel Meurisse, von Choltitz les écoute et déserte.

Le lendemain, les derniers combats s'achèvent tandis que s'élèvent les premiers drapeaux français sur les bâtiments officiels. "Tandis que les Parisiens arrachent les derniers signes visibles de l'occupation allemande, la division Leclerc entre dans la capitale par la porte d'Orléans et celle de Saint Cloud."

La liesse est extraordinaire. von Choltitz capitule. "Place de l'Opéra, les dernières pancartes de l'Occupation alimentent les feux de joie. Prenant d'assaut les chars, les Parisiennes font la connaissance du premier soldat américain." Juché sur un char, au micro, un soldat américain déclare dans un Français approximatif que les Françaises sont jolies. Ce qui provoque des cris de joies des intéressées.

Paris n'est qu'allégresse. Quelques heures plus tard, une masse compacte accompagne le général de Gaulle qui remonte enfin les Champs Elysées, à pied, au milieu de milliers de Parisiens. En ce jour de joie pour la Nation, un homme savait lui, qu'il avait empêché Paris de brûler… Du moins, c'est ce qu'il affirma le reste de sa vie.

Pour aller plus loin

Reportage : Paris brûle-t-il. Les faits et le film (24 août 1965)

Paris à l'heure de la Libération : images de Paris occupé (Actualités Françaises, août 1954)

Libération de Paris (Playlist)

Rédaction Ina le 14/08/2019 à 10:44.
Dernière mise à jour le 22/08/2019 à 11:59.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.