16 juin 1940, Jean Monnet propose l'union de la France et de l'Angleterre

Le 16 juin 1940, Winston Churchill propose au gouvernement français, alors replié à Bordeaux devant l’avancée allemande, l’impensable : la fusion du Royaume Uni et de la France. C’est Jean Monnet, à Londres depuis 1939, qui en a eu l’idée. Mais la fantastique proposition ne tient que quelques heures. Au soir du 16 juin, elle est balayée à Bordeaux par le camp des tenants de l’armistice, et Pétain devient Président du Conseil.

Si l'Union franco-britannique s'était réalisée, Charles de Gaulle aurait pu ne jamais avoir à prononcer son appel du 18 juin... Deux jours plus tôt, le jeune général, sous-secrétaire d'Etat à la guerre depuis le 6 juin, est en visite à Londres. Il est l'un des acteurs majeurs de cette journée historique qui aurait pu changer le cours de la guerre.

Jean Monnet, en charge de la coordination franco-anglaise en vue de l'effort de guerre

Ce projet incroyable d'union entre les deux pays germe d'abord dans l'esprit de Jean Monnet. Depuis décembre 1939, ce brillant haut fonctionnaire habite à Londres. Il est chargé de coordonner les forces de production anglaises et françaises en vue de l'entrée en guerre des deux pays contre l'Allemagne nazie. Dès cette époque, Monnet estime qu'il "faut aller plus loin", et "proposer une fusion totale".

Une idée qui peut paraître rétrospectivement "inouïe", mais que le haut fonctionnaire explique par les circonstances exceptionnelles de l'époque : "l'idée est inouïe quand on a le temps de réfléchir, mais pas quand les nazis sont à votre porte". Il cherche alors à se mettre en relation avec les plus hauts responsables britanniques. 

Manoeuvres londoniennes entre Français et Britanniques pour convaincre Churchill

Winston Churchill, Premier ministre depuis le 10 mai 1940, le "reçoit mal" : "Je dois m'occuper de la guerre, et vous me parlez de l'avenir", lui lance t-il.

Monnet ne se décourage pas. En compagnie de son collaborateur René Pleven et du général anglais Edward Spears, chargé des relations avec la France, il rencontre de Gaulle, alors de passage à Londres, le 15 juin au soir.

Le général lui confie : « vous savez, c’est le désordre le plus général, moi je ne reviendrai pas en France, c’est ici qu’il faut agir ». Devant la proposition d'Union franco-britannique préparée par Jean Monnet, de Gaulle ne montre pas un grand enthousiasme, mais il finit par se rallier à cette idée. 

La perte de la flotte française : la plus grande crainte des Britanniques

De l'autre côté de la Manche, la situation militaire se dégrade d'heure en heure. Mais la France doit tenir, notamment vis-à-vis de son alliée britannique. En mars 1940, les deux pays ont signé un accord leur interdisant de signer un armistice séparé avec l'Allemagne.

Mais devant la défaite inéluctable qui se profile en France, les Anglais redoutent plus que tout que la puissante flotte française passe aux mains des Allemands. Alors, pour soutenir le gouvernement de Paul Reynaud dans l'épreuve de la guerre, de Gaulle convainc Churchill. L'Union franco-britannique est le seul moyen de maintenir l'espoir dans une possible victoire alliée. 

Le matin du 16 juin, Churchill, de Gaulle, Monnet, Pleven, Morton et Corbin, ambassadeur de France à Londres, se mettent d'accord sur la proposition des principes régissant l'Union franco-anglaise à soumettre à l'approbation du gouvernement français.

En prévoyant que " la France et la Grande Bretagne ne seront plus à l’avenir deux nations, mais une seule union franco-britannique", et que "tout citoyen français jouira immédiatement de la citoyenneté en Grande Bretagne", de même que "tout sujet britannique deviendra un sujet français", la proposition est d'une grande force. 

Londres envoie deux messages contradictoires à Bordeaux...

Soulagé devant l'avancée de son projet, Monnet s'en va déjeuner en compagnie de Pleven, Vansittart et Morton. A table, les deux britanniques évoquent un télégramme qui interpelle Jean Monnet. Ils s'excusent : "nous avions oublié de vous le dire mais le cabinet ce matin a décidé de répondre au gouvernement français qui lui demandait son accord sur l’ouverture de négociations avec les Allemands pour des clauses d’armistice" : Londres a accordé à la France la possibilité de demander l'armistice, à condition que la flotte française ne passe pas sous contrôle allemand. 

Jean Monnet, "catastrophé", leur répond : "je n’arrive pas à comprendre comment vous pouvez en même temps discuter de la continuation de la guerre avec cette proposition [l'union franco-britannique] et en même temps que vous autorisiez les Français à faire l’armistice". 

Un contre-ordre est envoyé en France. Londres retire son acceptation de l'armistice français. La proposition d'Union franco-britannique se concrétise. Reste à la France de l'accepter. Le conseil des ministres doit se réunir à Bordeaux à 17h, dans un climat lourd. De plus en plus de ministres souhaitent la fin des hostilités.

"Rendez-vous demain dans un port de Bretagne... Et emmenez avec vous un bon général !" 

Churchill, avec de Gaulle, appelle alors Reynaud : "je vous confirme que je vais faire au nom du gouvernement anglais une proposition pour l’union franco-anglaise. Rendez vous demain dans un port de Bretagne pour que nous discutions [des modalités de l'accord], et emmenez avec vous un bon général !"

Ce "bon général", c'est de Gaulle. Le militaire prend l'avion pour rejoindre Bordeaux, afin de se rendre le lendemain, comme prévu, dans le port breton de Concarneau. Il doit y représenter la France dans les discussions techniques concernant l'Union franco-anglaise. 

En France, le camp des défaitistes l'emporte, et Pétain accède au pouvoir...

Mais en arrivant à Bordeaux, le 16 juin au soir, de Gaulle apprend la démission de Reynaud. A sa place, c'est le maréchal Pétain qui est désormais Président du Conseil. Plus question d'Union franco-britannique, mais d'un armistice avec l'Allemagne. Comprenant que la suite du combat passe désormais par la seule Angleterre, de Gaulle reprend l'avion et rejoint Londres. Le lendemain, 18 juin, il y prononce son célèbre discours... 

Cyrille Beyer

   

Rédaction Ina le 14/03/2019 à 18:06.
Dernière mise à jour le 18/03/2019 à 17:04.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.