11 mars 2009 : la France réintègre l'Otan

Le 11 mars 2009, après 43 ans d'exception française, la France réintégrait le commandement intégré de l'Otan. Une décision qui provoquait des remous dans le monde politique français, à gauche comme à droite.

"La France sera plus forte, la France sera plus influente."

Ce jour-là, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, annonçait officiellement le retour de la France au sein du commandement militaire intégré de l'Otan. Pour le chef de l'Etat, revenir dans l'Otan ne signifiait pas perdre sa souveraineté : "Aujourd'hui nos forces armées sont et resteront nationales. Car nos forces armées sont l'expression ultime de notre souveraineté. Nos forces armées ne seront intégrées dans aucune armée supranationale dont la responsabilité nous échapperait. La France sera plus forte, la France sera plus influente. Pourquoi ? Parce que les absents ont toujours tort."

Historique de l'Otan en archives jusqu'au départ de la France

En 1949, la France est l'un des membres fondateur du traité de l'Atlantique Nord : "à l'époque la Russie occupe la moitié de l'Europe, les alliés ont un ennemi commun. Mais l'alliance se fissure quinze ans plus tard, dès que la France possède sa propre bombe atomique, le général de Gaulle choisit de s'émanciper."

Il déclare alors : "le fait est, que l'Occident ne se trouve plus menacé comme il l'était, quand le protectorat américain fut installé en Europe, sous le couvert de l'Otan."

Le commentaire continue ainsi : "Alors la France congédie l'Otan, en moins de huit mois, 27000 militaires américains quittent le pays avec leur matériel. Châteauroux, La Rochelle, Laon, autant de villes qui perdent leur base. 30000 Français se retrouvent au chômage. Aujourd'hui, à droite comme à gauche, c'est cette indépendance acquise il y a 43 ans que l'on redoute de perdre."

A gauche, comme à droite, les boucliers se lèvent

Martine Aubry, première secrétaire du parti socialiste déclare : "Nous savons que le fait de ne pas y être n'a jamais empêché la France de s'associer à des actions menées par l'Otan, de manière coordonnée d'ailleurs. Que ce soit en Yougoslavie ou en Afghanistan, ou ailleurs."

François Bayrou, Président du Modem, ajoute qu'"au moment de la guerre en Irak, on a été capable, nous Français de dire non ! Et bien, en quelques jours, on va brader cette indépendance !"

Dominique de Villepin, ancien Premier ministre, qui avait justement porté la position française contre la guerre en Irak à l'Onu, précise que "c'est une organisation sous domination américaine. La voix de la France à l'intérieur de l'Otan aura beaucoup de mal à se faire entendre."

Pour aller plus loin

De la préparation du projet à l'intégration

En avril 2008, Nicolas Sarkozy participait au sommet de l'Otan à Bucarest en Roumanie. Le président y confirmait que la France allait envoyer un bataillon supplémentaire en Afghanistan et réintégrer le commandement intégré de l'Otan (JT de 20h00 de F2, 3 avril 2008).

Le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a présenté le livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. Il prévoit notamment l'entrée de la France dans le commandement militaire intégré de l'Otan. (19-20 de France 3. 17 juin 2008) 

Débat autour du retour de la France dans l'Otan. A l'occasion du débat à l'Assemblée nationale sur la réintégration de la France dans le commandement militaire de l'Otan, présentation des arguments en faveur ou contre ce retour avec deux hommes politiques. Hervé Morin, ministre de la Défense, et d'Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères. (JT 20h00 de F2, 16 mars 2009)  

Débat sur l'Otan dans l'hémicycle. François Fillon y défendait le retour de la France dans le commandement intégré de l'Otan, en promettant que le pays ne perdrait ni son indépendance, ni sa souveraineté. L'opposition, par la voix de Laurent Fabius, ancien Premier ministre dénonçait, quant à elle, l'alignement de la France sur les Etats-Unis. (19-20 de France 3,17 mars 2009)

Réintégration au sein de l'Otan : les changements. Reportage sur les conséquences du retour de la France dans le commandement de l'Otan. La France récupère le commandement de Norfolk aux Etats-Unis, ainsi qu'un commandement opérationnel. Les officiers français vont également réintégrer le comité des plans de défense. Interview du général Bout De Marnhac (commandant de la région Terre Sud Est) sur la base de Norfolk. (JT 20h00 de F2, 4 avril 2009)

Le général Abrial nommé au commandement de l'Otan. Le général Stéphane Aabrial devient Suprême commander au sein de l'Otan. Cette nomination marque le retour de la France dans le commandement intégré de l'Otan. (Soir 3 national, 9 septembre 2009)

Les grandes dates de l'Otan

L'Organisation du traité de l'Atlantique nord ou Otan, voit le jour le 4 avril 1949. Rappel en vidéos de son histoire, sa composition et ses champs d'action (Article)

Florence Dartois (INA)

Rédaction Ina le 08/03/2019 à 11:03.
Dernière mise à jour le 08/03/2019 à 11:12.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.