Barbet SCHROEDER : un Européen à Hollywood
Microfilms

audio 01 juil. 1990 335 vues 36min 17s
Serge DANEY s'entretient avec Barbet SCHROEDER, cinéaste, à propos de ses deux films tournés aux USA "Barfly" et "L'Affaire VON BULOW". Le fonctionnement de la production indépendante aux USA, les raisons qui ont écarté ses deux scénarios des grandes compagnies de production. Les règlements draconiens pour tourner à New-York, règlements variant selon l'état dans lequel on tourne. Les assurances protégeant contre tout procès et contre le dépassement des jours de tournage, les conséquences dans la vie quotidienne de ces risques perpétuels de procès. Malgré tous les inconvénients pour tourner aux USA, les satisfactions qu'il y trouve encore, le fait qu'il ne faut jamais traduire un scénario d'une autre langue en anglais. Les réalisateurs étrangers s'adaptent mal au système américain, avec une exception, le hollandais Paul VERHOEVEN. Malgré des difficultés presque insurmontables, Barbet SCHROEDER s'obstine à tourner ses filmsen décor naturel. Son avis sur les techniciens et producteurs américains, le fait que la moitié d'entre eux ignore la culture européenne et préfère la rentabilité à toute ouverture extérieure.

Émission

Microfilms

Générique

participant

Barbet Schroeder

Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.