2017

Rugby et violence, la prise de conscience tardive

Un catalogue de blessures, énuméré par un grand nom du rugby français : Walter Spanghero. Une mise en scène qui faisait sourire dans les années 70. Aujourd’hui, face à l’augmentation des blessures, le monde du rugby est inquiet. Retour sur l’évolution ultra rapide d’un sport de contact. Le rugby a fait son entrée dans le monde professionnel en 1995… C’est alors tout un sport qui entre en mutation. Augmentation du nombre d'entraînements, recours intensif à la musculation, multiplication des rencontres, diminution des phases de récupération. Des changements qui ont eu des répercussions sur le physique des joueurs. Si le physique change, le jeu aussi.. Le rugby avec des tactiques d’évitements a laissé place à un jeu plus frontal ! La preuve par les chiffres : en 1987, pour la première finale de la coupe du monde de rugby opposant la France à la Nouvelle Zélande 160 plaquages étaient recensés, en 2011, même finalistes mais en revanche 282 plaquages réalisés lors du match ! Des duels brutaux, parfois violents … avec la civière comme issue ! L’observatoire médical de la Fédération Française de Rugby a fait les comptes : 189 sorties définitives pour cause de blessures lors de la saison 2012-2013, 235 l’année suivante et 265 pour la saison 2014-2015 ! Autre chiffre inquiétant selon l’observatoire médical de la FFR, l’augmentation du nombre de commotions cérébrales >> +25% depuis 5 ans ! Des joueurs plus puissants, des chocs plus violents. L’équipement de protection a donc lui aussi dû évoluer. L’observatoire médical de la FFR doit rendre des propositions début 2018, pour protéger la santé des joueurs. Nouvelles règles ? Encore plus d’équipement de protection ? Suspens. Mais selon les joueurs, il y a urgence d’agir avant qu’il n’y ai un drame sur le terrain !
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Nous suivre
Télécharger l'application
Partager
Ajouter