1957

Maurice Escande
Gros plan

video 13 juil. 1957 3071 vues 39min 51s
Auto-portrait de Maurice ESCANDE.Devant un lustre qui a appartenu à Sarah BERNHARDT Maurice ESCANDE retrace sa vie : ses souvenirs d'extrême-orient où il a passé une enfance merveilleuse. Comment il est revenu en France, élève au lycée Saint-Louis, où la tristesse des études et la grisaille de Paris l'ont submergé. Un jour il est allé à l'Odéon (d'Antoine), où il a vu un spectacle qui lui a fait retrouver le rêve de son enfance et comprendre qu'il aimerait faire du théâtre. Son père lui a demandé d'entrer au Conservatoire et à la Comédie Française. Il a fait ses débuts dans les "Frères Karamazov", au théâtre des Arts, avec JOUVET, DULLIN et Jacques COPEAU, l'un des adaptateurs de la pièce. JOUVET est devenu son ami et il l'a retrouvé souvent.Il s'est ensuite présenté au Conservatoire où il a été reçu premier, mais la première guerre a éclaté et il est parti au front. Il raconte comment il y a retrouvé JOUVET, médecin auxiliaire. Après la guerre, il a pu jouer tout le répertoire à l'Odéon, dirigé par GAVEAU, alors qu'il continuait ses études au Conservatoire. En 1918, il a obtenu un premier prix et il est entré à la Comédie Française où il a débuté dans "Phèdre" avec Madeleine ROCH et Paul MOUNET. Il évoque les acteurs célèbres qu'il y a connus.Il raconte comment il fut gravement blessé à l'oeil lors d'une représentation, et comment Maurice DONNAY, pour le consoler lui fit créer "La reprise" ce qui lui permit de devenir sociétaire. Pris de peur, il a refusé le sociétariat et a donc quitté la Comédie Française pour le boulevard où il débuta dans une revue, avec un four. Sept ans plus tard, Cécile SOREL lui a demandé de venir jouer un acte de "La dame aux Camélias" pour sa soirée d'adieux. Le lendemain, monsieur FABRE, l'administrateur et Mary MARQUET son ex-femme lui ont demandé de revenir à la Comédie Française. Il y fit une brillante carrière interprétant de nombreux rôles du répertoire. Aujourd'hui, il en est le doyen.Il évoque ses nombreux voyages passés et à venir. Il raconte une anecdote avec Marie BELL dans la cordillère des Andes et quelques déboires liés au fait qu'il n'était pas du tout physionomiste.La dernière partie de l'émission se déroule au cours de Maurice ESCANDE dans la salle du pont d'argent : audition de deux comédiennes. Michel BOUQUET, Georges MARCHAL, Dany ROBIN, Micheline BOUDET, Jacques CHARON, Marthe MERCADIER entre autres furent ses élèves. Un élève, DUPRÉ travaille une scène de "Cinna", le monologue d'Auguste du 3ème acte. Maurice ESCANDE joue la scène en contrepoint.Maurice ESCANDE dans sa loge du Théâtre Français où il joue "Cinna" confie qu'il est parfaitement heureux d'être revenu à la Comédie Française, qu'il ne peut y avoir de plus belle carrière, en raison de la diversité du répertoire et qu'il a le sentiment de servir la France dans les tournées. Lever du rideau sur le 5ème acte de "Cinna". Enchaînement sur le début de l'acte, avec Maurice ESCANDE dans le rôle d'Auguste.

Émission

Gros plan

Production

producteur ou co-producteur

RADIODIFFUSION TELEVISION FRANCAISE

Générique

réalisateur

Jean Marie Coldefy

interprète

Maurice Escande

participant

Maurice Escande

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.