1992

Equateur : des Andes aux Galapagos

Voyage en chemin de fer à travers l'Equateur, de la cordillière des Andes aux îles Galapagos à la découverte des paysages, de la population, des coutumes, et de l'histoire de ce pays montagneux ... - L'autoferro (autocar sur rail), des passagers perchés sur son toit, chemine à 40 kilomètres par heure et croise sur sa route les paysages grandioses de la vallée andine, le "boulevard des volcans", champs cultivés, eucalyptus, villages et population locale. - Rocafuerte. La population, constituée en partie par une communauté noire descendante d'esclaves, célèbre la fête Dieu, chante et danse dans la rue. - Quito. Sur la place de l'église San Francisco, la population s'est réunie autour d'un groupe de musiciens traditionnels. Les Indiens, catholiques fervents, assistent aux offices religieux célébrés dans l'église. - Saquisili. Sur ce vaste marché équatorien, très coloré, les habitants trouvent lamas, bananes (premier exporatateur mondial), oranges, bourriches de feuilles de roseaux, vêtements, etc... et les Indiens y font du troc. - Halte à Urbina, point culminant du réseau, pour une boisson tonifiante, le cannellaso, à base de rhum, sucre et cannelle. - Brève présentation de la civilisation Inca. - Ingapirca. Des lamas en liberté se promènent sur les ruines de cette forteresse Inca, où trône le temple du Soleil. Procession d'Indiens dans un cimetière le jour de la fête des morts, où coexistent rites paiens et catholicisme. - Cuenca. Ville bourgeoise et dynamique, promenade dans le marché aux fleurs et découverte de la richesse de son architecture baroque. - L'or. Retour à Quito, dans l'église de la Compagnie de Jésus, recouverte d'une voûte d'or, et dans la sacristie de l'église San Francisco. Evocation de l'or (Banc titres masques et objets précolombiens en or), symbole de l'autorité, de la dignité du souverain, émanation du Dieu Soleil pour les Indiens, réutilisé par les conquistadors espagnols comme stratégie de conversion et de fidélisation à l'Eglise, preuve de leur puissance dominatrice, replongeant les Indiens dans leur univers mythique. Définition de l'art baroque équatorien : sincérité, sens théâtral et pathéthique, mais aussi complaisance à la douleur. - En route pour un nouveau voyage à bord d'une locomotive à vapeur de 1900, conduite par el senor Washington ALTAMIRANO. - Après une première halte, la locomotive amorce la périlleuse descente du "Nez du Diable", sur les flancs des Andes, et arrive dans un nouveau village où Washington soigne sa machine. - Washington à Dourane, dans l'atelier de réparation des loco, puis, avec sa famille. - Bukkai. Déchargement et changement de locomotive pour une Baldwin. - Guayaquil. Port et plateforme économique de l'Equateur. Dans un jardin public, des iguanes se promènent. - Iles Galapagos : tortues géantes, iguanes, oiseaux.
Rio de Janeiro

Rio de Janeiro

28/08/97

4679 vues

Japon : les trains obus

Japon : les trains obus

01/02/89

3350 vues

Congo océan

Congo océan

08/02/89

3610 vues

Transsibérien

Transsibérien

14/07/91

3704 vues

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Nous suivre
Télécharger l'application
Partager
Ajouter