1991

Spécial guerre d'Algérie
MARDI SOIR

video 08 oct. 1991 15356 vues 02h 00min 26s
Après la diffusion de la dernière partie des "Années algériennes" ce débat, animé par Daniel BILALIAN et consacré à la guerre d'Algérie, débute par des interviews de lycéens de terminale qui donnent leur point de vue sur ce conflit. - Sur le plateau, plusieurs acteurs de cette guerre sont rassemblés pour témoigner de ce qu'ils ont vécu. Des étudiants réagissent à leurs propos en leur posant des questions. Dans le débat s'intercalent plusieurs sujets qui retracent les évènements d'Algérie (Images d'archives INA, commentaire de Benjamin STORA) - Jean Pierre GAILDRAUD, Pierre HOYAU et Georges MATTEI, militaires appelés en Algérie, expliquent à leur façon le silence qui a suivi cette guerre. Les participants parlent ensuite de la fin du conflit : Jacques ROSEAU, Henri MARTINEZ et Jean Pierre SORENSEN, tous trois pieds noirs, évoquent la violence des derniers mois, l'incertitude du départ, l'attachement à l'Algérie. YACEF Saadi, ancien responsable du FLN sur la casbah, Wassyla TAMZALI, avocate et Mohammed HARBI, historien et responsable pour le FLN de la communauté algérienne en France expliquent que les relations entre pied noirs et Algériens étaient arrivées à un point de non retour du fait des attentats et de l'accumulation d'incompréhensions entre les deux communautés qui expliquent que la cohabitation n'était plus possible. Bernard TRICOT rappelle l'espoir que le gouvernement français avait mis dans les négociations des accords d'Evian. Brigitte ROUAN pied-noir, Georges MATTEI, Abdelkader DJEGHLOUL sociologue, Rachid MIMOUNI écrivain et Jean Pierre GONON avocat d'accusés FLN, interviennent dans le débat. Les différents points de vue s'expriment sur le rôle de l'OAS, du gouvernement français et du FLN par rapport à la fin du conflit et la rupture entre les deux communautés. - Pour témoigner des différentes prises de position pendant le conflit : - Jean Paul RIBES, porteur de valises, explique son engagement par le fait d'avoir vu son pays, la France, trahir ses propres valeurs, ses idéaux en Algérie. Jean COMBETTE, capitaine dans le secteur de Melouza, parle de son action de "pacification". Témoin du massacre de Melouza, il rappelle les faits; YACEF Saadi dit que dans toute révolution il existe des bavures, il rappelle qu'il a lui même déclenché la bombe de la Corniche à Alger. Son intervention provoque une polémique sur les attentats. Le colonel Jacques ROMAIN DESFOSSES, officier putschiste pense que les Soviétiques sont à l'origine de cette guerre, il parle du rôle de l'armée. Bernard TRICOT affirme que la torture était devenue une pratique courante dans l'armée française. Les participants évoquent les origines de la guerre qui prend ses racines dans toute la durée de l'Algérie française.

Émission

MARDI SOIR

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

réalisateur

Michel Hermant

participant

Jean Pierre Gaildraud
Pierre Hoyau
Jacques Roseau
Bernard Tricot
Rachid Mimouni
Brigitte Rouan
Georges Mattei
Henri Martinez
Jean Pierre Sorensen
Mohammed Harbi
Abdelkader Djeghloul
Jean Pierre Gonon
Jean Combette
Jacques Romain Desfosses
Jean Paul Ribes
Wassyla Tamzali
Saadi Yacef

présentateur

Daniel Bilalian

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Nous suivre
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.