1982

L'élevage industriel
Droit de réponse

video 09 janv. 1982 6622 vues 01h 29min 28s
Michel POLAC présente l'émission dont le débat du jour est basé sur le livre "le Grand Massacre" avec le professeur Alfred KASTLER (prix Nobel de physique), Michel DAMIEN, Jean-Claude NOUET (médecin) et des éleveurs et vétérinaires.- Avant d'ouvrir ce débat, Michel POLAC revient sur l'émission du 02 janvier 1982 consacrée à la disparition de Charlie Hebdo. Pour cela, il interroge quinze personnes constituant un panel représentatif de la population française : les avis sont plutôt mitigés, certains ont trouvé l'émission choquante notamment pour ses propos vulgaires, alors que d'autres l'ont trouvée plutôt spontanée et distrayante. La grande majorité reproche à l'équipe de Charlie Hebdo une attitude déplacée et irrespectueuse.Michel POLAC présente ensuite une revue de presse reflètant le scandale provoqué par cette émission, aux côtés de correspondants de la presse étrangère.- Banc-titre de journaux français du 3 et 4 janvier 1982.- Iso MURA(?), directeur du service de la NHK au Japon, Monsieur LOMBRANO(?), représentant de la RAÏ à Paris, Louis Albert SBINDEN(?) de la tribune de Genève, Michel CULIN de la télévision autrichienne et Charles LABROW(?) représentant du Times, racontent des anecdotes de scandales à la télévision dans leur pays respectif.- Diffusion d'un extrait d'une émission de la télévision autrichienne avec Nina HAGEN.- Diffusion d'un micro-trottoir où des lycéens sont interviewés à propos de l'émission du 02 janvier. Banc-titre d'un dessin de TREZ.- Michel POLAC recueille enfin, le témoignage de Jacques CELLARD, chroniqueur de la langue française au journal "Le Monde" et auteur du "Dictionnaire du français non conventionnel" en collaboration avec Alain REY. Il trouve que les injures font partie d'une certaine tradition en France. - Banc-titre d'un dessin de TREZ qui illustre ces propos.- Retour au débat du jour sur l'élevage industriel, Michel POLAC évoque les difficultés qu'il a rencontrées dans la préparation de cette émission. Anne GAILLARD, ancienne animatrice d'une émission de radio sur la consommation, déplore les rares participations du patronnat aux émissions de débat, et dénonce les mensonges véhiculés par les médias sur l'alimentation.- Alfred KASTLER expose la genèse de son livre "le Grand Massacre". Jean-Claude NOUET, co-auteur, poursuit et explique le contenu du livre composé d'enquêtes sur la mutation de la production animale.- Diffusion de l'extrait d'un reportage de Philippe MADELIN dans l'émission de François de CLOSETS "l'Enjeu" sur TF1, sur l'élevage intensif de poussins. Monsieur AUFRAY(?), éleveur de poules commente l'extrait diffusé, Jean-Claude NOUET le contredit et dénonce le traitement inhumain infligé à ces poussins.- A propos du livre, Monsieur AUFRAY(?) le trouve excessif, notamment sur les reproches faits aux publicités des revues agricoles. A ce sujet, Anne GAILLARD déplore le manque d'information des consommateurs sur l'alimentation et le traitement des animaux.- Bernard LAMBERT, éleveur de poulets en Loire-Atlantique et Maxime CARRE, éleveur dans la Mayenne, regrettent la condamnation systématique des agriculteurs qui subissent selon eux, une situation imposée par les grandes firmes de l'industrie agro-alimentaire.- Monsieur BANNE(?), président du syndicat des éleveurs d'oie, désapprouve ces propos, pour lui, "les paysans sont encore des hommes libres".- Monsieur AUFRAY(?) justifie l'élevage intensif en affirmant que les agriculteurs s'adaptent aux consommateurs et non l'inverse. De plus, les éleveurs doivent faire face à la concurrence des pays européens depuis l'entrée dans le marché commun.- Le vétérinaire présent sur le plateau ajoute que l'on ne peut pas définir les droits des animaux, et qu'ils seraient incapables de produire et de se reproduire s'ils n'étaient pas traités dans de bonnes conditions.- Diffusion d'un extrait d'un document pour la Maison de la Culture de Rennes sur l'élevage de veaux en batterie. A la suite de cet extrait, l'état de santé des animaux est évoqué par les invités présents sur le plateau.- Plusieurs banc-titres de dessins humoristiques (dont l'auteur n'est pas identifié) apparaissent à l'écran au cours du débat.- Michel POLAC donne la parole à son dernier invité, Pierre CRISOL, représentant de Radio K, une radio indépendante, brouillée récemment.- Alfred KASTLER conclut cette émission : il regrette qu'après l'évocation des consommateurs, des problèmes économiques et scientifiques, le problème moral lié à la souffrance des animaux n'ait pas été plus développée.

Émission

Droit de réponse

Production

producteur ou co-producteur

Télévision Française 1

Générique

réalisateur

Maurice Dugowson
Philippe Madelin

producteur

Michel Polac

dessinateur

Trez-dessinateur

participant

Jacques Cellard
Alfred Kastler
Anne Gaillard
Bernard Lambert
Bernard Lambert
Michel Damien

présentateur

Michel Polac

Pierre Desproges

Pierre Desproges

19/12/81

72227 vues

Renaud

Renaud

02/01/82

68248 vues

Cinéma et parapsychologie

Cinéma et parapsychologie

16/01/82

6112 vues

Les radios libres

Les radios libres

06/02/82

3753 vues

Les vignes du seigneur

Les vignes du seigneur

22/05/82

3764 vues

Les prisons

Les prisons

13/02/82

1835 vues

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.