1999

Face à face : Monique Vuaillat et Arnaud Montebourg
Polémiques

video 21 mars 1999 2783 vues 28min 06s
Débat entre Monique VUAILLAT, secrétaire générale du SNES (Syndicat National des Enseignements Secondaires) et Arnaud MONTEBOURG, député PS de Saône-et-Loire sur la réforme de l'Education Nationale.- Monique VUAILLAT sur la réforme des lycées: elle se déclare pour des réformes. Les missions de l'enseignement doivent être centrées sur "la transmission des connaissances et la mise en activité intellectuelle des élèves" et pour tous les élèves. Pour elle il ne faut pas poser les problèmes en terme de réduction du temps scolaire.- Arnaud MONTEBOURG: réplique que l'on est peut être en train de passer à coté d'une grande réforme où on remet en cause le cours magistral pour essayer de passer à un système d'aide individualisé. Il faut permettre à ceux qui n'ont pas d'aide à la maison de trouver le secours à l'intérieur du système éducatif. "Il y a une centaine de milliers d'élèves qui sortent aujourd'hui du système éducatif sans un diplôme nous avons le devoir de chercher la redistribution du savoir. Il faut faire évoluer la pédagogie. L'école doit se rénover."- Monique VUAILLAT: pense qu'il est nécessaire de fournir une aide aux élèves en difficultés mais elle propose que cela soit fait tout au long de la scolarité des jeunes. Selon elle, il n'y a pas de prise en compte de cette nécessité dans les réformes actuelles, notamment au collège, là où se trouvent principalement les problèmes, cette question n'est pas traitée. Elle s'oppose à la réduction des heures de cour pour l'aide car cela va appauvrir l'enseignement et les élèves. Pour elle, la pratique des cours magistraux a déjà été considérablement réduite et ce n'est pas cela qu'il s'agit. La question principale réside dans le temps passé par des élèves dans des classes trop chargées. Elle considère qu'il n'est pas normal que cette réforme supprime par exemple en seconde la possibilité que les enseignants avaient de travailler en petit groupe.- Arnaud MONTEBOURG signale que les parents et certains professeurs soutiennent cette réforme. La réduction d'effectifs dans les classes est un problème sur lequel le gouvernement est déjà intervenu et des engagements ont été pris pour la rentré qui vient. Il constate que le budget de l'Education Nationale augmente chaque année, alors qu'il y a une baisse de 18 000 élèves et que 2044 postes d'enseignants ont été créés. "On ne peut pas être déraisonnable". Il fait un parallèle entre la Réforme ALLEGRE et la réforme JOSPIN dans le début des années 90. Cette réforme qui avait été soutenue par le SNES, comportait une revalorisation du traitement des enseignants sans contre partie.- Monique VUAILLAT réplique que le SNES a soutenu la réforme JOSPIN dans les années 1990 et que les enseignants sont d'accord pour le travail en équipe. Mais selon elle: " On veut faire croire qu'on fait des réformes alors qu'on va laisser des collégiens et des lycéens en situation pédagogique qui ne permettent pas de les faire réussir de façon satisfaisante. Quant aux programmes ils ne sont traités que par rapport à un allégement mais il n'y a pas de réflexion sur la continuité."- Arnaud MONTEBOURG: Pour lui le conflit entre le SNES et le gouvernement résulte d'incompréhension plus que d'opposition.- Diffusion du sujet: Le ministre contesté CAB99013455.- Réaction Monique VUAILLAT est d'accord pour considérer que le débat sur l'Education Nationale est un débat national de société. mais il n'est pas convenable de réduire le conflit actuel à des corporatismes. Pour nous, le débat se situe sur la qualité de l'enseignement que nous donnons aux élèves. Elle évoque le problème des heures supplémentaires:" Elles nous sont imposées, on est obligé de faire deux heures supplémentaires. Le ministre a proposé de baisser le taux de rémunération des heures supplémentaires quelle corporation ne réagirait pas? Nous avons proposé que ces heures supplémentaires soient transformées en emploi. on nous dit gel de l'emploi public."- Arnaud MONTEBOURG: Pour lui le dialogue est toujours là. Il pense qu'il y a trop d'affectivité dans ce débat. Il indique que le budget de l'Etat est limité.- Monique VUAILLAT réplique: " dites aux gens que vous ne pouvez pas mais ne dites pas que cette réforme ce fait dans l'intérêt des élèves."- Arnaud MONTEBOURG: "Claude ALLEGRE n'est pas propriétaire de l'éducation nationale, il faut sortir des malentendus et travailler."- Jean Pierre CHEVENEMENT:" Il y a traditionnellement deux écoles celle de la pédagogie et celle du savoir. La vérité est à chercher dans une synthèse des deux. l'éducation nationale doit chercher à relever le défi de la quantité mais doit préserver la qualité."- Monique VUAILLAT: "nous sommes pour une démocratisation de l'enseignement tout en maintenant des exigences. nous sommes pour cette synthèse et nous la pratiquons."

Émission

Polémiques

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

journaliste

Michèle Cotta

participant

Jean Pierre Chevènement
Michèle Cotta
Monique Vuaillat
Arnaud Montebourg

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.