1996

Débat : les humoristes
Polémiques

video 17 nov. 1996 5259 vues 15min 44s
Après le premier débat, consacré à la déréglementation du droit du travail, Michèle COTTA présente Guy BEDOS et Karl ZERO, qui discuteront de la satire politique, après la condamnation de deux chanteurs du groupe de rap "NTM" à six mois de prison, dont trois fermes, pour injure envers la police. Marc BLONDEL, secrétaire général FO, intervient durant au débat. - Après diffusion d'un sketch de Guy BEDOS et d'un extrait de "Pulp fiction" de Karl Zéro, qui lui a valu un mois de suspension après plainte du CSA, Guy BEDOS déclare : "J'ai déjà donné mon opinion dans un grand quotidien du soir. Je pense qu'on a eu tort. C'est une sorte de provocation (..) Oui, je conteste l'indépendance des juges (..) Ce qui est bouffon, c'est aussi l'interdiction de chanter. Je plaisante, mais je suis navré que des politiques comme Léotard ou Gaudin aient applaudi à cela pour prendre quelques voix au Front National". - Karl ZERO : "Avec "pulp fiction" on a fait une connerie, et on a été les premiers à le reconnaître. Les chanteurs ont le droit de chanter ce qu'ils veulent, surtout quand on a des banlieues dans l'état où elles sont en ce moment". - Marc BLONDEL: "L'intéressant c'est de savoir pourquoi ils chantent cela. Ils chantent cela parce qu'ils sont en colère, parce qu'il y a le problème de l'emploi, parce qu'il y a la précarité ..". - Guy BEDOS: "Si vous ne m'avez pas entendu critiquer la gauche, c'est que vous n'avez pas l'oreille assez fine, parce que je n'aurai pas tenu pendant 14 ans si j'avais été un courtisan". Autre extrait du spectacle de Guy Bedos, dans lequel il reprend la formule, qui n'est pas de lui, 'Mourir pour le peuple, oui, mais vivre avec, jamais !". "Le premier devoir de l'humoriste, c'est de se moquer de soi-même" (..) Je n'accroche pas trop au côté 'vieil hara-kiri' de Karl Zéro ..". KARL ZERO: "Pendant deux ans j'ai critiqué 'Guy Bedos, le comique crypto-socialiste de sinistre mémoire', mais maintenant c'est pardonné". Guy BEDOS : "Effectivement, j'ai eu des sympathies pour les gens qui avaient chassé ceux qui m'avaient fait chier pendant 7 ans". Gérard JEFFRAY : "Pour 'NTM' je crois que la condamnation est vraiment excessive. Je crois que l'on peut condamner les propos, mais laissons un peu de liberté". Karl ZERO: "Ils vont être contents (les chanteurs de 'NTM'), avec des amis comme cela, ils n'ont pas besoin d'ennemis. Il faut que les gens se retrouvent dans ce qu'ils voient à la télévision, et sans doute beaucoup de jeunes se retrouvent plus dans 'NTM' que dans Dorothée". Guy BEDOS: "Ce qui est grave c'est la comédie qui s'est jouée dans le Var, où on a fait plaisir à monsieur Marchiani, qui est une passerelle entre la Droite 'fréquentable' et la droite fasciste, et à monsieur Le Chevalier, le maire FN de Toulon". Gérard JEFFRAY: "Il y eu une plaite. La Justice a été rendue. On peut le regretter ou pas, mais c'est comme cela". Jean KASPAR: " .. ". Guy BEDOS : "Dans le modeste travail que j'ai fait à Vaulx en Velin, les types y allaient sur les flics, c'était de la légitime défense, mais dans une sorte d'humour, et c'était plutôt pacifiant. Je crois qu'il y a une responsabilité à allumer des incendies qu'on éteint pas". Karl ZERO: "C'est plutôt les politiques qui allument l'incendie. La faute à qui s'ils chantent cela aujourd'hui ..". Guy BEDOS: "Si l'Etat, le gouvernement, les institutions donnaient l'exemple .. On a l'impression que ce sont les usagers qui sont punis par les dealers !". Echange de plaisanteries entre Marc BLONDEL, Karl ZÉRO et Guy BEDOS; présentation par Michèle Cotta de l'ouvrage de Guy BEDOS "Merci pour tout" et de celui de Karl ZÉRO "Nique ton maire"; et fin du débat.

Émission

Polémiques

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

journaliste

Michèle Cotta

participant

Guy Bedos
Marc Blondel
Michèle Cotta
Karl Zero
Gérard Jeffray

présentateur

Michèle Cotta

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.