1995

Rappel rafle Vel d'hiv

Le président de la République Jacques CHIRAC a reconnu "les fautes commises par l'Etat" dans la déportation des juifs de France au cours de la seconde guerre mondiale et l'existence d'une "dette imprescriptible" à leur égard. Ses propos tranchent avec l'attitude de François MITTERRAND qui avait refusé de reconnaître la responsabilité de l'Etat.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Nous suivre
Télécharger l'application
Partager
Ajouter