Présidentielle et temps de parole

Débat oblige, le temps de parole des candidats va être scruté à la loupe. Depuis le 1er février 2017, le CSA a adopté de nouvelles règles en matière de temps de parole en période de campagne. Égalité, équité, temps de parole et temps d’antenne, conditions de programmation. Tout est passé au crible par l'organisme de contrôle. Focus sur un système complexe et souvent critiqué.

Le chronométrage du temps d'antenne, un vrai casse-tête...

CSA: la nouvelle législation

Égalité, équité, temps de parole, temps d’antenne, conditions de programmation… Depuis le 1er février 2017 s’appliquent les règles du pluralisme dans les médias audiovisuels, en vue de l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai.

À partir de cette date, les médias sont tenus de respecter les règles et les recommandations émises par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

1988

Le CSA remplace le CNCL, 1988

Le nouveau dispositif a été dénoncé par les représentants des petits partis politiques lors des discussions parlementaires sur le changement de législation qui s'estiment lésés…

2016

Contestation de l'équité, avril 2016

Pour résumer, deux périodes d'équité vont précéder une période d'égalité de temps de parole.

Du 1er février au 19 mars

Durant une première période, c’est le principe d’équité qui prévaudra pour les candidats déclarés ou présumés et leurs soutiens, durant la période allant de la publication de la liste des candidats au Journal Officiel jusqu’à la veille de la campagne officielle.

Du 20 mars au 9 avril

Le principe d’équité remplace désormais celui d’égalité du temps de parole (pour le candidat et ses soutiens).

Du 10 au 22 avril à minuit

Seules les deux dernières semaines avant le premier tour de scrutin seront encore soumises à l’égalité du temps de parole et d'antenne, pour les candidats et leurs soutiens, dans les médias télé et radio.

Temps d'antenne, temps de parole

"Le principe d’équité implique que les télévisions et les radios allouent aux candidats et à leurs soutiens des temps de parole ou d’antenne en tenant compte de leur représentativité et de leur implication effective dans la campagne", explique le CSA.

Le temps de parole comprend "toutes les interventions d’un candidat, ainsi que les interventions de soutien à sa candidature", tandis que le temps d’antenne comprend "le temps de parole d’un candidat, les interventions de soutien à sa candidature et l’ensemble des séquences qui lui sont consacrées, si celles-ci ne lui sont pas explicitement défavorables", précise encore le CSA.

2015

Le décompte des temps de parole pendant les élections, mars 2015

La réglementation antérieure

Depuis le 1er janvier 2012, pendant la campagne électorale de l'élection présidentielle, le passage à l'antenne des médias des candidats, présumés ou déclarés, à cette élection étaient déjà soumis à des règles strictes imposées par le CSA. Descriptif du contrôle et sanctions appliquées en cas de dérapage.

Comment le CSA contrôle-t-il la stricte application de ses recommandations et comment les chaînes s'organisent-elles pour les respecter?

2012

La règle de l'équité s'impose, 2012

 

2005. Reportage sur la répartition du temps de parole entre les partisans du Oui à la Constitution européenne et ceux du Non.

2005

La Constitution européenne : répartition du temps de parole par le CSA, 2005

1997

Présentation du service chronométrage du CSA, 1997

2009. Le CSA adopte de nouvelles règles rééquilibrant le temps de parole du chef de l'État et de ses collaborateurs. Les propos de Nicolas Sarkozy sont passés au crible. Propos régaliens ou partisans ? Le CSA doit trancher

2009

Nouvelles règles concernant le temps de parole du président à la télévision et à la radio, 2009

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Nous suivre
Télécharger l'application
Partager
Ajouter