L'île Maurice, 500 ans de richesses

Le 12 mars 1968, l'île Maurice devient indépendante après plusieurs siècles de colonisation britannique et française. 

1970

Au Moyen Age, l'île est découverte par les explorateurs arabes. Ils la surnommèrent Dina Mozare, littéralement "l'île de l'Est". A la fin du 16ème siècle, les hollandais commencent par porter un intérêt important à Maurice, du fait de sa position géostratégique sur la route des Indes. Ses ressources sont aussi une source d'attraction : bois précieux, présence de dodos et de tortues géantes...Mais la colonie hollandaise ne s'implantera jamais totalement sur l'île et les derniers occupants partiront en 1710 à bord du Beverwaart en compagnie d'Abraham Van De Velde, le dernier gouverneur hollandais. 

Au début du 18ème siècle, la piraterie fait rage dans les environs et la France décide d'envoyer un navire de guerre au large de l'île. Le capitaine Guillaume Dufresne d'Arsel prend possession de l'île, au nom de Louis XIV. En 1715, l'île Maurice est alors rebaptisé et s'appelle "L'isle de France". La nouvelle colonie commence à prospérer et en 1767, Maurice recense 20 000 habitants dont 15 000 esclaves, deux fois plus que l'île Bourbon (île de la réunion). La langue française est très présente sur l'île aujourd'hui. En 1967, un mauricien d'origine française s'exprimait à propos de ses origines et de son attachement à l'île : "Mes ancêtres sont arrivés il y a très longtemps sur l'île. Je ne me rappelle plus exactement. [...] J'aime beaucoup Maurice. C'est un petit paradis ici. Il y a beaucoup de distractions."

1967

En 1756, la guerre de sept ans marque le déclin de la colonie française. La défaite française face à l'empire britannique entraîne ce dernier à disputer la suprématie française dans l'océan indien. En 1810, les britanniques débarquent au nord de l'île, forts de 10 000 hommes. La France capitule mais les Anglais s'engagent à respecter les coutumes de l'île et la langue française. L'îsle de France redevient alors Mauritius. Son nom ne changera plus.

En 1967, un anglais se prononçait sur le peu de britanniques vivant sur l'île : "Il n'y a jamais eu beaucoup d'anglais. [...] Les anglais sont partis car la plupart était des militaires, la place était déjà prise par les gens du pays." Et de rajouter : " Je n'ai aucune opinion sur l'avenir de Maurice. Si le marché du sucre tient bon, je pense que le pays peut tenir bon."

1967

En 1965, le bureau des colonies britannique décide d'organiser l'indépendance de l'île. Des mouvements nationalistes se forment et prennent de l'ampleur. Avec l'instauration du suffrage universel en 1958, le parti de l'indépendance dirigé par Seewoosagur Ramgoolam s'assure la victoire lors des élections d'Août 1967. Concernant la possible indépendance de l'île, Gaëtan Duval, maire de Curepipe et rival de Ramgoolam, raconte que la ville est scindée en deux : "Un courant réclame l'indépendance et un autre courant réclame l'autonomie complète mais tout en restant associée à la Grande-Bretagne". Gaëtan Duval pense que l'avenir de l'île Maurice ne peut se faire qu'avec l'aide de l'Europe.

1967

Aujourd'hui, le pays connait un développement économique important. Malgré son jeune âge, l'île Maurice intéresse de plus en plus des investisseurs étrangers.

Rédaction Ina le 07/03/2018 à 16:42.
Dernière mise à jour le 23/03/2018 à 11:51.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.