1902, les larmes de Pelée

1982

Le 8 mai 1902, la montagne Pelée en Martinique entrait en éruption. Il s'agit de la plus importante éruption volcanique du 20ème siècle. 30 000 personnes trouvèrent la mort et la ville de Saint-Pierre fut complètement détruite. Retour sur une des catastrophes naturelles les plus dévastatrices de l'histoire.

A l'aube du 20ème siècle, la ville de Saint-Pierre était la capitale économique et culturelle de la Martinique. Surnommée "le petit Paris des Antilles", elle avait une cathédrale et accueillait bon nombre de navires marchands dans son port, notamment pour exporter le sucre et le rhum produits dans ses usines. Mais après la catastrophe survenue en 1902, Saint-Pierre ne retrouvera plus jamais sa magnificence d’antan.

Dès 1889, les premières fumerolles apparaissent mais les martiniquais, habitués aux caprices volcaniques, n'y prêtent pas attention. Jusqu'à cette année 1902...

De plus en plus de fumerolles se manifestent et les populations habitant au sommet du volcan commencent à s’inquiéter tandis que les autres ignorent le problème, notamment à cause du second tour des législatives qui doit se dérouler le 11 mai. 

Le 8 mai 1902, jour de l'ascension, une explosion se produit dans le cratère de l'étang sec et un immense nuage toxique, appelé nuée ardente, déferle sur Saint-Pierre à la vitesse de 500 km/h. En l'espace de quelques minutes, la principale ville de Martinique est détruite tandis qu'une onde de choc génère un raz de marée, détruisant ainsi les navires ancrés dans la rade. Dans un reportage de RFO en 1982, Mme Doris, alors témoin de la catastrophe, se souvenait avec émotion de la tragique disparition de son père : "J'ai la vision nette des coulées de feu qui sortaient du volcan. On est arrivés à Fort-de-France à 10 heures du soir après avoir quitté Saint-Pierre à 6 heures. [...] Mon père est retourné à Saint-Pierre pour ses obligations commerciales". Malheureusement, son père ne survivra pas à l'éruption du volcan.

1982

"Durant la traversée, la boussole avait perdu le nord. Elle nous conduisait alors droit dans la gueule du volcan"

                                                         Mme Doris, témoin de la catastrophe

30 000 victimes sont à déplorer. La plupart des victimes décèdent des suites de l'inhalation de gaz brûlants ou des chutes de blocs volcaniques. Cependant, le gouverneur de la Martinique Louis Mouttet est également rendu responsable. Son refus d'évacuer la ville de Saint-Pierre, afin d'assurer le second tour des élections législatives du 11 mai, provoqua une polémique. Ainsi, plusieurs personnalités politiques de la ville s'opposèrent entre évacuer ou non la capitale économique de la Martinique.

Seulement quelques personnes ont survécu à la catastrophe. La plus célèbre reste Louis-Auguste Cyparis, qui a survécu grâce à un incroyable coup du destin...

Louis-Auguste Cyparis

Louis-Auguste Cyparis est un prisonnier. Condamné au cachot, il assistera à l'éruption volcanique depuis sa cellule pierrotine. Louis-Auguste Cyparis ne devra son salut qu'aux murs très épais de la prison ainsi qu'à l'entrée de son cachot opposée au volcan. Il survivra malgré de nombreuses brûlures.

Par la suite, il est recruté par James Arthur Bailey, le directeur du cirque Barnum, et devient célèbre au cours du tournée aux Etats-Unis. Surnommé "l'homme qui a vécu le jour du jugement dernier", il est le premier noir célèbre dans le monde du spectacle aux Etats-Unis, côtoyant notamment la femme à barbe et le nain Charles Sherwood Stratton.

Les rescapés des zones environnantes se réfugièrent à Fort de France qui devint la plus importante ville de la Martinique. Saint-Pierre ne sera plus qu'un village agricole. A la suite de la catastrophe, les Etats-Unis accordèrent un crédit de 200 000 dollars à la Martinique dans l'achat de médicaments et de vivres.

Rédaction Ina le 04/05/2018 à 10:59.
Dernière mise à jour le 04/05/2018 à 11:16.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Télécharger l'application
Partager
Ajouter
Les journaux
disponibles

Vous pouvez accéder actuellement aux :

- journaux radio de 1961 à 1974 (1972 : année incomplète),
- journaux télévisés de 1970, 1971, 1973 et 1974 (années incomplètes), puis du 13 février 1976 au 31 décembre 2014.

Cependant, dans ces périodes, certains journaux peuvent manquer, en raison de problèmes techniques au moment de leur enregistrement, ou pour cause de grève.

Si vous cherchez un journal en dehors de ces périodes, patience... L’offre disponible en ligne s’enrichit au fur et à mesure de la numérisation. N’hésitez pas à revenir régulièrement consulter cette rubrique.

Avertissement : En raison d’éventuels problèmes d’enregistrement du journal télévisé à l’époque, il est possible qu’il manque 30 secondes au début de la vidéo.