2001

Entretien d'Albert Camus avec Jean Mogin

Eléments non montés d'une interview d'Albert CAMUS réalisée par Jean Mogin. - Se considère avant tout comme un artiste. - Explique son incapacité à parler de quelque chose qu'il n'a pas éprouvé. - Il ne sépare pas l'artiste de l'homme. - Les notions d'absurde et de révolte dans son oeuvre. Critique de ces deux notions. - Ce n'est pas son oeuvre qui évolue, c'est sa vie. - A 4'30 : relation entre l'absurde et la conscience de l'homme. - A 5'04 : la révolte : analyse ce mouvement. Pourquoi l'homme d'aujourd'hui est plus sensible à l'absurde que l'homme du 17ème siècle. - A 7'40 : l'homme européen actuel. Le chemin entre la servitude et la folie, responsabilité des intellectuels de le trouver. - A 8'43 : l'absurde n'est pas un obstacle pour l'homme à sa participation sur divers plans. Au contraire il peut donner naissance à des passions, à des joies, à des sensations. - A 10'10 : le style : "mal écrire pour bien penser" n'est pas son principe. L'importance qu'il accorde au style. - A 11'26 : "La Peste" : a voulu que le travail de composition de ce livre soit invisible au lecteur. Analyse des différents styles utilisés dans ce roman. Le livre est composé de cinq parties qu'il décrit. - A 14'47 : la pièce "l'Etat de siège" : essai de théâtre populaire dit de grand public. Le style dans cette pièce toute en lyrisme. - A 16'30 : la vertu pure est une notion étrangère à son oeuvre, qu'on puisse en trouver prouve que l'on lit mal ses livres (17'15 "au total). - A 17'18 : lecture d'un extrait, par CAMUS lui-même," L'homme refuse le monde tel qu'il est et pourtant il n'accepte pas de lui échapper "... (4'20) - A 21'51 : suite de la lecture (3'10) (Ces extraits sont tirés du chapitre V, au-delà du Nihilisme, de "L'homme révolté ").
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Nous suivre
Télécharger l'application
Partager
Ajouter